Infirmières : les choses se remettent en Ordre ?

Paris, le vendredi 12 juillet 2013 – Un article sur l’Ordre infirmier ? On va sans doute encore vous parler des conflits entre partisans et opposants à cette instance, à moins que l’on évoque le déficit abyssal de cette structure ou qu’on rapporte les déclarations peu engageantes d’un responsable politique à l’égard de ce système ! Que nenni. Qu’on se le dise, l’Ordre infirmier va beaucoup mieux et (presque) bien. La semaine dernière, le président de l’Ordre, Didier Borniche tenait en effet une conférence de presse où se sont succédé les bonnes nouvelles, comme le souligne le site Infirmiers.com.

Premier élément crucial : l’Ordre des infirmiers a rompu avec son passé de flambeur et de débiteur : l’année 2012 affichait en effet un excédent atteignant 1,2 million d’euros ! Bien sûr, l’Ordre est toujours tenu de rembourser sa dette légendaire de 10,7 millions d’euros, mais Didier Borniche ne peut que se féliciter de l'excédent de l'année.

137 000 inscrits

Les restrictions budgétaires drastiques (tant en ce qui concerne les locaux du siège que le nombre de salariés) sont évidemment à l’origine de cette embellie. Mais la progression du nombre de cotisants ne lui est pas totalement étrangère. Les infirmières sont aujourd’hui plus de 100 000 à s’acquitter de leurs cotisations, tandis que l’on compte plus de 137 000 inscrits (contre 120 000 en septembre 2012). Si les tensions entre partisans et opposants à l’Ordre continuent à exercer une nette influence sur le nombre d’inscriptions, les responsables veulent croire que l’on comptera 110 000 cotisants à la fin de l’année et 250 000 en 2017.

Ordre en sursis

Didier Borniche, enfin, n’a pas passé sous silence l’épée de Damoclès qui continue à planer au-dessus de l’Ordre. On se souvient en effet comment le ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait remis le feu aux poudres en octobre 2012 en se déclarant favorable à une adhésion facultative à l’instance ordinale. Depuis, cependant, la réflexion ouverte n’a nullement abouti. « Nous avons été auditionnés en février 2013 par des parlementaires socialistes (…) et depuis aucune nouvelle » relève-t-il. Il signale qu’en tout état de cause, le remplacement de l’Ordre par une autre structure serait grandement dommageable face aux nombreux sujets dont s’est emparée l’instance.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article