Pénibilité : les infirmiers mettent la pression !

Paris, vendredi 11 octobre 2013 - A l’heure ou le projet de loi de reforme des retraites est en cours d'examen à l'Assemblée nationale, le Syndicat National des Professionnels Infirmiers (SNPI) lance une pétition pour la reconnaissance de la pénibilité du travail infirmier. Le syndicat invite à mettre « la pression » sur le ministère de la Santé, en adressant à son cabinet un courrier type réclamant : « pour toute infirmière salariée », une « majoration de durée d’assurance d’un an pour dix ans, au travers d’un départ anticipé à la retraite » et le bénéfice du « compte personnel de prévention de la pénibilité » qui devrait être créé par la nouvelle législation.

Rappelons que ce compte permettra aux salariés exposés à un ou plusieurs facteurs de pénibilité de cumuler des points qu'il pourra utiliser pour de la formation, pour travailler à temps partiel en fin de carrière ou pour accumuler des trimestres de cotisation. Ce compte pénibilité doit dans l'état actuel des débats ne bénéficier qu’aux salariés du privé. 

« Au cours de sa carrière, l'IDE aura souvent exercé dans les trois secteurs (public, privé, libéral), il nous semble donc logique de raisonner en pénibilité liée au métier, et non au statut ou à la convention collective », suggère le syndicat.

Si les infirmières du secteur public restées en catégorie B bénéficient d'une retraite anticipée à 57 ans, ce n'est pas le cas des infirmières passées en catégorie A et des diplômées après 2010.

Interrogés par Infirmière Magazine au début du mois, la ministre de la Santé avait annoncé le maintien d'« un statut dérogatoire » pour les infirmiers de catégorie A, qui pourront toujours partir à la retraite à 60 ans, contre 62 ans pour les nouvelles diplômées entrant dans la Fonction publique. Pour ces dernières, Marisol Touraine a estimé que la reconnaissance de la pénibilité devait se faire dans le cadre d'une « réflexion globale conduite par le ministère de la Fonction publique ».

FH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article