Le docteur Bonnemaison sera bien jugé en cour d’Assises

Bayonne, le jeudi 17 octobre 2013 - Conformément aux réquisitions du parquet de Bayonne du 14 août dernier (lien), le docteur Bonnemaison est renvoyé devant la cour d’Assises des Pyrénées-Atlantiques pour « empoisonnements sur personnes vulnérables, constitués par le fait d’avoir administré des substances de nature à attenter à la vie d’autrui ».

Rappelons que cet urgentiste, âgé de 53  ans, a été mis en examen en août 2011, suspecté d’avoir « euthanasié » 9 patients par l’administration, à des doses létales, de Norcuron et d’Hypnovel. En août, le parquet de Bayonne avait requis son renvoi devant une cour d’Assises pour huit de ces neuf cas. « Les deux juges de l’instruction ont estimé que pour un des patients, l’infraction n’était pas caractérisée », a commenté Anne Kayanakis le procureur de la République de Bayonne. Une famille de victime s’est constituée partie civile.

Presque une bonne nouvelle !

« Aux assises, c’est là où les questions pourront être tranchées puisque c’est un jury populaire qui va le faire et qui va pouvoir dire si le Dr Bonnemaison a traité ces cas en fin de vie avec dignité et humanité », a indiqué l’avocat de la défense, Me Arnaud Dupin.

Pour ceux qui le soutiennent, ce renvoi, annoncé hier, est presque une bonne nouvelle ! « Il va enfin pouvoir se défendre »,  souligne ainsi le Dr François Bannier, médecin anesthésiste hospitalier à Bayonne.

«C’est important car il va pouvoir enfin mettre une date sur ce procès ainsi qu’une date de fin, une fin heureuse ou malheureuse. Il a enfin son objectif et il va pouvoir s’y consacrer car, la grande difficulté, c’est l’attente», a-t-il ajouté.

Le Dr Marie-Pierre Kuhn, elle aussi anesthésiste à Bayonne, estime quant à elle qu'« après deux ans d’instruction, c’est important que les choses avancent » rappelant que « 500 médecins ont contesté sa radiation devant le Conseil de l’Ordre national dont 20 agrégés, professeurs d’universités » et que « 57 702 personnes ont signé une pétition en sa faveur ».

Le Dr Bonnemaison devra donc répondre de ses actes au second semestre 2014. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

FH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article