Fonction publique hospitalière : un salaire net moyen inférieur de 22 % pour les femmes

Paris, le mercredi 13 novembre 2013 - L’édition 2013 du rapport annuel de la Direction générale de l'administration et de la fonction publique (DGAFP) propose dans sa seconde partie « Faits et chiffres », un bilan social des trois catégories de la fonction publique, territoriale (FPT), hospitalière (FPH), et d’Etat (FPE). Le secteur public hospitalier se caractérise en particulier par les écarts de salaires les plus importants entre hommes et femmes.

Des écarts salariaux prononcés entre hommes et femmes dans le secteur hospitalier public

C’est dans la FPE que les agents de catégorie A sont les plus nombreux (53,4 % [26,6 % en excluant les enseignants]), contre 28,6 % dans la FPH en incluant les médecins, les pharmaciens et les infirmiers, et 9,0 % dans la FPT (9,0 %). Compte tenu de cette structure de qualification plus élevée, il n’est pas surprenant de constater que le salaire moyen est plus élevé de 10,2 % dans la FPE (2 208 euros) que dans les établissements publics de santé (2 208 euros). Le poids des non-titulaires y est relativement homogène avec 16,1 % dans la FPE et 16,9 % dans la FPH. Le rapport relève que les écarts salariaux moyens en 2011 entre hommes et femmes « sont plus prononcés dans le secteur hospitalier public et dans le secteur privé où les hommes gagnent respectivement 28,0 % et 24,0 % de plus que les femmes que dans la FPT (12,1 %) et dans la FPE (17,6 %) ».

Les femmes sont aussi diplômées que les hommes, mais ont souvent des périodes de temps partiel ou/et d’interruptions de carrière plus fréquentes et plus longues. Elles sont moins nombreuses à occuper les postes les plus rémunérateurs et à travailler dans les établissements qui versent les salaires les plus élevés. L’écart s’explique aussi par des primes et autres indemnités inférieures pour les femmes. La catégorie médecins et pharmaciens détient un record des écarts dans le secteur hospitalier public, avec pour les femmes un salaire net moyen inférieur de 22 % à celui des hommes en 2011.

Recul des salaires par rapport à l’inflation dans le secteur hospitalier

Dans le secteur hospitalier, le salaire net annuel moyen d’un équivalent temps plein annualisé s’élève à 26 030 euros en 2011. Pour les professions non médicales, le salaire moyen est plus élevé dans le secteur public que dans le secteur privé, souligne le rapport. Il établit qu’en 2011 le salaire net moyen global augmente de 1,5 % en euros courants, progressant moins vite que l’inflation, avec un recul en euros constants de - 0,6 % dans le secteur public, - 1,2 % dans le secteur privé à but non lucratif et – 0,4 % dans le secteur privé à but lucratif. Mais, comme dans le reste de la fonction publique, la rémunération moyenne nette des personnes en place (RMPP) chez le même employeur public hospitalier progresse de 1,1 % en euros constants (+ 0,2 % dans la FPT, + 0,9 % dans la FPE pour les personnes présentes en 2010 et 2011 pendant 24 mois consécutifs avec la même quotité de travail). Dans le public, cette augmentation de RMPP est la plus faible pour la catégorie médecins, pharmaciens, psychologues (0,1 %). On remarque par ailleurs que les écarts de salaires selon l’âge sont beaucoup plus marqués pour les catégories les plus qualifiées (médecins, pharmaciens, psychologues et cadres).

Dominique Monnier

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article