De Madagascar à New York en passant par Berlin : le grand retour de la rougeole

Paris, le jeudi 28 mars 2019 – Avant le lancement de la concertation sur la vaccination en 2016, certains faisaient remarquer que le maintien d’obligations vaccinales apparaissait comme une position spécifique à la France, quand un grand nombre de pays occidentaux et notamment européens avaient fait le choix dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix de renoncer à imposer certaines vaccinations. Une telle position n’avait pas su anticiper une nouvelle tendance de nombreuses politiques vaccinales. En effet de l’Australie à l’Italie, en passant par la France, plusieurs états et régions ont choisi de réinstaurer (ou d'intégrer) l’obligation, afin de lutter contre les phénomènes de défiance.

Berlin réfléchit à l’obligation vaccinale

C’est aujourd’hui au tour de l’Allemagne d’entamer une réflexion sur le sujet. Ainsi, hier, l’association des pédiatres allemands a pressé la coalition gouvernementale d’adopter un projet (actuellement à l’étude) visant à imposer la vaccination des enfants contre la rougeole et contre sept autres maladies et groupes de maladies. Le ministre de la Santé, Jens Sahn s’est à plusieurs reprises déclaré favorable à une telle évolution, alors qu’à l’instar de nombreux pays occidentaux l’Allemagne doit faire face à une résurgence de la rougeole, favorisée par une couverture vaccinale fragilisée par les discours anti vaccins. Cependant, l’adoption d’une telle disposition pourrait être considérée comme inconstitutionnelle si elle était déclarée contraire à la liberté religieuse et aux droits parentaux, comme l’avait fait observer il y a deux ans la chambre basse du parlement.

Liberté religieuse

La contradiction supposée entre certains préceptes religieux et le principe de la vaccination donne lieu aujourd’hui dans certains pays ayant choisi d’imposer la vaccination (notamment pour pouvoir s’inscrire à l’école) à des demandes de dérogation de plus en plus nombreuses. Ainsi, en dépit de lois rendant obligatoires la vaccination dans une majorité d’états américains, la facilité d’obtention de dispenses a entraîné une chute des couvertures vaccinales dans de nombreuses localités. Nous avons ainsi signalé à plusieurs reprises comment les États-Unis faisaient face, au sein de différentes communautés religieuses notamment, à des foyers de rougeole difficiles à éradiquer.

Pas qu’un problème de riches

Mais ce retour de la rougeole dans l’ensemble du monde ne concerne pas uniquement les pays occidentaux où certaines familles s’offrent le "luxe" d’une défiance vaccinale. Plusieurs états pauvres où la maladie était pourtant en net recul, voire éradiquée, connaissent aujourd’hui des épidémies meurtrières. C’est le cas d’états en guerre ou traversant une grave crise politique comme le Yémen ou le Venezuela. C’est également le cas de Madagascar où les défauts d’accès aux soins ont contribué à une flambée qui a touché 82 905 personnes entre septembre 2018 et février 2019 et qui a tué 926 patients. Dans ce pays, la couverture vaccinale ne dépasse pas les 58 % chez les enfants. Des campagnes de vaccination ont été lancées pour faire progresser ce taux largement insuffisant, afin notamment d’atteindre les populations les plus isolées. Mais les difficultés sont multiples et concernent tout autant l’acheminement des vaccins, le faible nombre de professionnels de santé que le défaut de moyens. Ainsi, il manque aujourd’hui 900 000 dollars pour pouvoir financer la campagne de vaccination programmée par le gouvernement à la fin 2018. Des fonds indispensables mais qui dans les pays riches où ils ne font pas défauts ne suffiront pas à remporter la victoire contre la défiance et les rumeurs.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Matraquage médiatique

    Le 02 avril 2019

    Le matraquage médiatique concernant la rougeole se poursuit de façon quotidienne et systématique, sur tous les médias quels qu'ils soient, médicaux ou non, sur un ton systématiquement mélodramatique destiné à faire peur à la population. Comme s'il s'agissait du plus gros problème actuel de santé publique ! A comparer aux 300 à 400 décès par overdose...
    Il faudrait quand même savoir combien de millions d'Euros coûterait l'obligation vaccinale pour l'ensemble de la population française, sachant que c'est juste pour éviter 3 décès dans l'année ! La vie n'a pas de prix, c'est bien connu, mais l'argent ne sera pas perdu pour tout le monde...

    Franck Boutault

  • Oui, il est temps...

    Le 03 avril 2019

    Il est temps qu'on voit autre chose que des fakes news dans les journaux, de l'autisme post vaccinal aux sep de la vaccination de l'hépatite B.

    Depuis des années on laisse s'exprimer publiquement, et profiter du levier des réseaux sociaux, des gens dont le niveau de preuve (et de connaissances sur le sujet) ne dépasse pas ce qu'on trouve autour du zinc du bistrot du coin.

    Les chiffres sont les chiffres : l'absence de couverture vaccinale tue plus que l'administration de vaccins, et si certains (comme Mr Boutaut) sont encore en vie aujourd'hui, c'est peut etre parce que leurs parents ont été mieux vaccinés que leurs enfants aujourd'hui.

    Dehors les faux prophètes.

    Dr E Orvain

Réagir à cet article