Payer entre 30 et 40 euros pour obtenir un rendez-vous immédiatement : une nouvelle plateforme dérange

Paris, le mercredi 10 avril 2019 - DoctoChrono, une nouvelle plateforme de prise de rendez-vous en ligne se présente comme un « organisateur de rendez-vous médicaux prioritaires ». Contre 30 à 40 euros, l’entreprise propose de trouver aux patients une consultation « dès demain » pour certaines spécialités en tension, en particulier l’imagerie médicale.

Du parasitisme ?

L'offre a ulcéré les médecins sur les réseaux sociaux et notamment le président de l’UFML-S (branche syndicale de l’Union française pour une médecine libre), le Dr Jérôme Marty, qui a annoncé, hier, avoir demandé à son conseil, Me Frédéric Douchez de saisir l’Ordre des médecins pour dénoncer le « renforcement des inégalités d’accès aux soins » engendré par ce service ainsi que la « monétisation et financiarisation du soin » qu’il qualifie de « marché noir » de la médecine.

Sur Twitter, il a également qualifié la plateforme de « parasite qui se nourrit sur les patients et les soignants (…). Il n’y a pas lieu d’y avoir de monétisation des rendez-vous. Il n’est pas admissible de créer un système qui rendrait de fait inégalitaire la prise de rendez-vous et l’obtention d’un délai court d’examen ou de consultation et/ ou qui orienterait vers la création d’un réseau de soins caché. (…) Ce service (…) marchandise le soin, le rend inégalitaire et ouvre à des dérives ».

Auprès de nos confrères de l’hebdomadaire Le Généraliste, le patron de l’UFML-S précise encore : « un rendez-vous pour lequel un patient a payé 30 à 40 euros est peut-être beaucoup moins urgent que celui qui en a besoin mais qui ne peut se permettre de payer et qui doit attendre six mois. (…) Plus DoctoChrono va acheter des pools de rendez-vous, moins il y en aura de disponibles pour les patients. Ils auront donc plus de difficultés et donc encore plus besoin de cette société ».

Une plateforme prudente

La société a réagi dès vendredi, sur Twitter, en se décrivant comme « un nouveau service au croisement de la conciergerie médicale et des sites de prise de rendez-vous en ligne ». Le site se défend clairement de faire de la « vente de rendez-vous » et estime « pratiquer des tarifs raisonnables »…bien que supérieurs au C ! L’organisme tire même un bilan globalement positif de son action « ce service a aidé de nombreuses personnes qui préfèrent payer un coordinateur pour se charger de recherches à leur place : des cadres pressés certes, mais également des personnes âgées, des patients qui n’ont pas d’entourage pour les aider, des personnes qui recherchent des rendez-vous pour des membres de leur famille ».

Mais l’ire du docteur Marty semble avoir eu, au moins temporairement, raison de cette offre. Ainsi, depuis hier soir, bien qu’aucune décision des autorités sanitaires ou ordinales n’ait été rendue le site DoctoChrono affichait : « dans l’attente de l’étude des allégations sur l’activité de notre société, nous suspendons l’ensemble des services qu’elle propose ainsi que le fonctionnement du présent site ».

Nul doute que le docteur Marty demeurera attentif au développement de cette affaire…

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Un service public

    Le 11 avril 2019

    Il est difficile effectivement pour certaines personnes de trouver un rendez-vous médical rapidement. Mais devoir payer pour ce type de service est inadmissible. Ce service devrait être gratuit pour tous. Un service public de plus à mettre en place d'urgence !

    Dr Patrick Dupont

Réagir à cet article