Vaccination : plaidoyer pour une plus grande autonomie des infirmiers

Genève, le 24 avril 2017 – À l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination (24-30 avril), le Conseil international des infirmières (CII)* plaide pour que ces dernières « acquièrent davantage d’autonomie » dans ce domaine. Rappelons qu’en France elles peuvent la pratiquer (sous certaines conditions) mais non la prescrire, ce qui amenuise souvent leur rôle en la matière.

Les arguments du CII

Pour le CII, les « infirmières (…) garantissent le succès des programmes de vaccination en les intégrant à d’autres services de santé, notamment les soins post-partum prodigués aux mères et à leurs bébés ».

Le Conseil s’appuie notamment sur un article paru dans l’International Journal of Nursing Studies du Dr Frances Hughes, directrice générale du CII et du Dr Judith Shamian, présidente du CII, qui, en conclusion, enjoignaient, les gouvernements à « comprendre que l’inclusion des infirmières [dans les processus vaccinaux NDLR] (...)  n’est pas seulement « une bonne idée », mais surtout un impératif étant donné la somme de connaissances et d’expérience pratique que les infirmières apportent à cette question ».

Le CII avance aussi, que les infirmiers, de par leur proximité avec les populations, pourraient être un atout dans la lutte contre le "vaccino scepticisme".

Et en France ?

A l’échelle nationale, l’Ordre infirmier et le Syndicat national des infirmiers libéraux (SNIIL) rejoignent ces conclusions. Ce dernier rappelait ainsi récemment que la limitation du droit à vacciner était un frein au bon accomplissement du rôle infirmier et que donner plus d’autonomie à cette profession pour la vaccination pourrait même engendrer des économies.

En effet, chaque vaccination chez le médecin engendre un remboursement de la consultation par l’Assurance Maladie, consultation dont le tarif est très nettement supérieure à celui de l’acte infirmier de vaccination (entre 4,5€ et 6,3€), et qui atteint même parfois la gratuité lorsqu’il est compris dans une séance plus globale de soins infirmiers.

* Le Conseil international des infirmières (CII) fédère plus de 130 associations nationales représentant des millions d’infirmières dans le monde

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Pour une meilleure couverture de la population

    Le 01 mai 2017

    De par leur proximité avec les patients, il est certain que la possibilité de vacciner sans passer par la prescription médicale permettrait une meilleure couverture de la population en général ; mais il faut surtout renforcer chez tous (médecins et para médicaux) l'idée de la pratique indispensable de certains vaccins qui nous protègent de maladies dont on ne connaît plus les méfaits dans nos pays, mais aussi faudrait-il encore que les laboratoires n'affichent plus de rupture de stocks pour les basiques comme nous avons connue pour le DT Polio.

    Lucile Chantraine

Réagir à cet article