Des mathématiques en allergologie, oui c’est possible !

Qu’est-ce qu’une allergie alimentaire sévère ? De nombreuses approches ont été développées pour tenter d’établir des scores de sévérité dans l’allergie alimentaire, ces scores allant de 1 à 5 selon l’étendue de l’atteinte organique (dermatologique, respiratoire, gastrointestinale, cardiovasculaire, neurologique). Harmoniser la définition d’une allergie alimentaire sévère est un point sur lequel sont d’accord tous les intervenants du dernier symposium du CICBAA. Pr Claire Mills (chercheur en allergologie moléculaire à l’Université de Manchester, UK) a ouvert ce symposium en présentant l’apport des Big data dans ce domaine. Ces résultats sont issus du projet iFAAM (Integrated Approaches to Food Allergen and Allergy Management) financé par l’UE.

Les systèmes de gradation actuels surestiment les réactions allergiques légères


Dans l’objectif de définir un potentiel « gold standard » par rapport auquel la notation de la sévérité des réactions allergiques alimentaires peut être affinée, Stafford et coll. (1) ont interrogé via un questionnaire, des professionnels de santé (en Europe et en Amérique du Nord) en utilisant un système de vignettes correspondant à des réactions allergiques. Ces professionnels ont été invités à sélectionner la paire qui, à leur avis, reflétait la différence maximale de gravité.

La méthodologie dite du « best/worst ranking » a été utilisée et les différentes définitions de l’anaphylaxie à l’échelle mondiale ont été prises en compte. L’analyse des données a fait ressortir le Score Sampson du lot même si ce dernier, comme les autres scores, avait tendance à surestimer les réactions allergiques légères.

Capitalisant sur les données du projet Europrevall, notamment sur les données de patients vus en hôpital de jour, les collaborateurs du projet iFAAM ont pu estimer la prévalence probable de l’allergie alimentaire chez les enfants européens ; l’allergie à l’œuf et au lait étant prédominante chez les enfants de moins de 4 ans alors que chez les adolescents (>14 ans), ce sont plutôt les fruits à coque qui sont responsables des allergies alimentaires les plus fréquentes mais aussi les plus sévères.

Et l’outil FASS est né


Partant de ces constats et dans le but de développer et valider un score de sévérité des réactions allergiques, un panel d’experts européens a combiné des données cliniques du projet Europrevall (n=8232 réactions allergiques) à la modélisation mathématique (2). C’est ainsi qu’est né le score de sévérité FASS (Food Allergy Severity Score) sous deux formats : un format ordinal allant de 3 à 5 nommé oFASS et un format numérique appelé nFASS et qui est généré par modélisation mathématique. En ce qui concerne les résultats relatifs aux soins d'urgence, à l’utilisation d’adrénaline et au traitement médical critique, les scores oFASS et nFASS présentent une bonne discrimination ([ROC-AUC] > 0,80), une bonne classification (sensibilité 0,87-0,92, spécificité 0,73-0,78) et une bonne calibration.

Lors de la validation externe de l’outil, le nFASS a obtenu les meilleures performances avec un ROC-AUC plus élevé. Le nFASS était fortement corrélé (R 0,89) à la notation dite du « best/worst ranking » d’un panel de 334 cliniciens experts. Pr Claire Mills insiste sur le fait que ce nouvel outil pourrait servir dans un futur proche à identifier les patients les plus à risque de développer une allergie alimentaire sévère, ce qui représente le graal pour tous les spécialistes du domaine.

Pr Claire Mills conclu sa présentation par deux réflexions qui méritent d’être explorées par les générations futures. La première portant sur le rôle de la matrice alimentaire dans la sévérité des réactions allergiques citant notamment la publication de Griwshaw et coll. (3) La seconde sur les « nouveaux aliments » type poudre de vers ou algues qui sont de potentiels nouveaux allergènes alimentaires, à prendre en compte dans l’étiquetage alimentaire.

Dr Dounia Hamdi

Références
1. Stafford A, et coll. Improving Severity Scoring of Food-Induced Allergic Reactions: A Global "Best-Worst Scaling" Exercise. J Allergy Clin Immunol Pract. 2021 Nov;9(11):4075-4086.e5. doi: 10.1016/j.jaip.2021.06.056.
2. Fernández-Rivas M, et coll. Development and validation of the food allergy severity score. Allergy. 2022 May;77(5):1545-1558. doi: 10.1111/all.15165.
3. Grimshaw KE, et coll. Presentation of allergen in different food preparations affects the nature of the allergic reaction--a case series. Clin Exp Allergy. 2003 Nov;33(11):1581-5. doi: 10.1046/j.1365-2222.2003.01795.x.

Claire Mills. Allergies alimentaires sévères : apport des big data. XIème Symposium du CICBAA – Nancy, 2 et 3 décembre 2022

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article