Sanction contre les auteurs de la tribune anti « fake médecine », l’ordre de Champagne-Ardenne explique sa décision

Reims, le jeudi 27 décembre 2018 – La semaine dernière, le Conseil régional de l’Ordre des médecins de Champagne-Ardenne provoquait quelques remous en sanctionnant d’un avertissement deux auteurs de la tribune « anti fake médecine » publiée au mois de mars dans Le Figaro. Face aux contestations,  le président du CNOM (Conseil National de l’Ordre des médecins) a choisi de suspendre ce jugement à titre conservatoire.

Dans le journal régional L’Union, le président du conseil de l’ordre des médecins de Champagne-Ardenne, Jean-Marie Faupin, qui précise qu’il ne siégeait pas au sein de la chambre disciplinaire qui a rendu le jugement, en a expliqué les fondements.

S’en prendre à l’homéopathie mais pas aux homéopathes

Ainsi, s’il reconnaît que la base scientifique de l’homéopathie peut être contestée, il estime néanmoins nécessaire de sanctionner, même symboliquement,  deux médecins pour l’avoir dit publiquement en cosignant une tribune dans la presse ! Plus précisément, c’est de laisser entendre que les homéopathes pouvaient être des charlatans en écrivant : « la tentation peut être grande de pratiquer des soins sans aucun fondement scientifique. Cette tentation a toujours existé. Elle a été, et est toujours nourrie par des charlatans en tout genre qui recherchent la caution morale du titre de médecin pour faire la promotion de fausses thérapies à l’efficacité illusoire », qui constitue, pour lui, un propos condamnable.

Toutefois, le jugement, dont certains extraits ont été dévoilés dans la presse locale, ne reconnaît pas l’efficacité de l’homéopathie: « Que l’homéopathie ait été reconnue par le conseil de l’ordre des médecins en 1997 (…) que son exercice soit réglementé par le code de la santé publique et que les traitements homéopathiques fassent l’objet d’un remboursement (…) ne suffisent pas à établir que les éléments énoncés dans la tribune seraient fallacieux et ne correspondraient pas à des éléments confirmés » peut-on lire.

Ainsi, Jean-Marie Faupin est circonspect quant à ces thérapeutiques : « c’est une technique de soin qu’il est difficile d’évaluer. Je crois que la question qui se pose derrière cette tribune est la suivante : faut-il continuer à rembourser ces produits dont l’efficacité n’est pas prouvée alors que des traitements classiques, lourds et coûteux, ont besoin d’être remboursés car ils sont efficaces ? ». Une lecture que certains considéreront peut-être partielle et qui évacue la question des dangers associés à la persistance d’un mélange entre médecine et homéopathie.

Xavier Bataille

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (17)

  • Recertification des homéopathes

    Le 28 décembre 2018

    Qu'on exige d'eux qu'ils passent un examen de re-certification. S'ils refusent de s'y présenter, ce qui est hautement probable, on a alors le droit de les considérer comme des charlatans.

    Vieux toubib

  • Fake News Homeopathie, CO Champagne-Ardenne

    Le 28 décembre 2018

    Est ce à dire que la nocivité du pistolet ne rend pas celui qui l'utilise, en toute connaissance de cause, coupable ?
    Merci de vos retours.


    Dr Lucien Duclaud

  • Sidérant

    Le 30 décembre 2018

    Le conseil régional de l'Ordre (dont on se demande bien quel est le QI de ses membres) juge condamnable le propos suivant :
    « la tentation peut être grande de pratiquer des soins sans aucun fondement scientifique (...) nourrie par des charlatans en tout genre qui recherchent la caution morale du titre de médecin ».

    C'est au contraire à l'Ordre d'affirmer ces valeurs qui, loin de nuire à la confraternité, n'accusent aucun praticien particulier mais sauve l'honneur de tous.

    Dr Pierre Rimbaud

Voir toutes les réactions (17)

Réagir à cet article