Infections graves à entérovirus chez les nourrissons : pas d’inquiétude selon l’OMS

Il y a quelques semaines, la Société française de pédiatrie (SFP) tirait la sonnette d’alarme après avoir recensé neuf cas graves dont sept mortels d’infections à entérovirus chez des nourrissons entre juillet et avril dernier. Le virus responsable est un variant de l’échovirus 11. Après s’être penché sur la question, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) juge que le risque pour la santé publique de l’échovirus 11 est « faible » bien que les cas survenus en France soient « inhabituels en raison de la détérioration extrêmement rapide (de l’état de santé) et du taux de létalité associé chez les bébés touchés ».

Copyright © 2023 JIM SA. Tous droits réservés.

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article