Chutes chez le sujet âgé : quelles sont les classes thérapeutiques les plus à risque ?

Certains médicaments sont à même de faciliter les chutes chez le sujet âgé. Il s’agit là d’une notion connue qui est de mieux en mieux cernée à la lueur des publications les plus récentes, ce dont témoignent les résultats d’une méta-analyse alimentée par une revue exhaustive des données de la littérature internationale publiées entre 1996 et 2007. N’ont été retenues que les études réalisées chez les sujets âgés d’au moins 60 ans, traitant, comme il se doit des associations entre médicaments et chutes. Les méthodes baysiennes ont permis d’intégrer les informations nouvelles dans les méta-analyses précédentes pour estimer les odds ratios (OR) ainsi actualisés.

Sur 11 118 articles identifiés, 22 seulement ont satisfait aux critères d’inclusion. Les méta-analyses ont été complètement réalisées pour 9 classes thérapeutiques qui ont été utilisées chez 79 081 participants avec les résultats suivants :

1) antihypertenseurs (odds ratio[OR]=1,24 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] entre 1,01 et 1,50 ) ;
2) diurétiques (OR=1,07 ; IC95 entre1,01 et 1,14 ) ;
3) β-bloquants (OR=1,01 ; IC95 entre 0,86 et 1,17 ) ;
4) sédatifs et hypnotiques (OR=1,47 ; IC95 entre1,35 et 1,62 ) ;
5) neuroleptiques et antipsychotiques (OR=1,59 ; IC95 entre 1,37 et 1,83) ;
6) antidépresseurs (OR=1,68 ; IC95 entre 1,47 et 1,91) ;
7) benzodiazépines (OR=1,57 ; IC95 entre1,43 et 1,72 ) ;
8) narcotiques (OR=0,96 ; IC95 entre 0,78 et 1,18) ;
9) anti-inflammatoires non stéroïdiens (OR=1,21 ; IC95 entre 1,01 et 1,44).

Un ajustement statistique intégrant les principaux facteurs de confusion potentiels, ou autres, a conduit à des résultats quelque peu différents pour ce qui est de certaines classes thérapeutiques, le terme ORA désignant l’odds ajusté :
1) diurétiques (ORA=0,99 ; IC95 entre 0,78 et 1,25) ;
2) neuroleptiques et antipsychotiques (ORA=1,39 ; IC95 entre 0,94 et 2,00 ) ;
3) antidépresseurs (ORA=1,36 ; IC95 entre 1,13 et 1,76) ;
4) benzodiazépines (ORA=1,41 ; IC95 entre1,20 et 1,71).

La stratification des études n’a eu que peu d’effet sur l’estimation des OR qui n’ont guère varié au sein de la population ou encore des divers types d’études.

Cette analyse confirme que certaines classes thérapeutiques augmentent nettement et significativement le risque de chutes chez le sujet âgé ou, a fortiori, très âgé. C’est le cas notamment des sédatifs, des hypnotiques, des antidépresseurs ou encore des benzodiazépines. Dans ces conditions, ces médicaments méritent d’être utilisés avec la plus grande prudence chez les sujets âgés volontiers vulnérables ; l’utilisation de la dose minimale efficace étant souhaitable, dans la mesure du possible.

Dr Giovanni Alzatto

Référence
Woolcott JC et coll. : Meta-analysis of the impact of 9 medication classes on falls in elderly persons. Arch Intern Med 2009 ; 169 : 1952-1960.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article