CPAP et HTA : tout effet est bon à prendre

Le syndrome d’apnée du sommeil est actuellement reconnu comme étant à l’origine d’une augmentation importante de la morbidité et de la mortalité, principalement d’origine cardiovasculaire.  Son traitement repose essentiellement sur la ventilation à pression positive continue (CPAP pour continuous positive airway pressure).

Une hypertension artérielle est souvent associée aux apnées du sommeil et certains travaux ont suggéré que la CPAP pouvait contribuer à faire baisser la pression artérielle chez ces patients, mais les données sont encore contradictoires. Il s’agit pourtant d’une question essentielle, tant il est vrai que le syndrome d’apnée du sommeil est une pathologie fréquente.

Une étude récemment publiée dans le British Medical Journal reprend le sujet en se donnant pour objectif d’évaluer l’effet de la CPAP sur la pression artérielle mesurée en ambulatoire sur 24 heures. Il s’agit d’un essai multicentrique, randomisé, en double aveugle contre placebo, incluant au total 340 patients. Chez tous ces patients une hypertension artérielle avait été récemment diagnostiquée (pression systolique ≥ 140 mm Hg, pression diastolique ≥ 90 mm Hg) et pas encore traitée, ainsi qu’un syndrome d’apnée du sommeil, caractérisé par plus de 15 apnées-hypopnées par heure. Les patients ont été divisés en deux groupes, les uns (n = 169) destinés à recevoir un traitement par CPAP, les autres (n = 171) par un simulacre de CPAP, pendant 3 mois.

Une réduction statistiquement significative de la pression artérielle a été effectivement observée dans le groupe traité. La réduction, pour le moins modeste, est de 2 mm Hg en moyenne (0,4 mm Hg à 2,7 mm Hg) et l’on peut se demander si un effet de cette taille peut avoir une réelle pertinence en pratique clinique. Les auteurs estiment qu’étant donné la prévalence importante de l’hypertension artérielle et la probabilité élevée de complications cardiovasculaires, toute réduction, aussi minime soit-elle de la pression artérielle ne peut être que bénéfique. Ils ajoutent que cette approche pourrait éventuellement modifier les indications de prescriptions de la CPAP, tout en admettant que d’autres études seront indispensables avant d’envisager la CPAP comme un traitement ou un co-traitement de l’hypertension artérielle.

Dr Roseline Péluchon

Référence
Cantolla JD et coll. : Continuous positive airway pressure as treatment for systemic hypertension in people with obstructive sleep apnoea: randomised controlled trial. BMJ 2010; 341: c5991

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article