La diminution du risque fracturaire sous statines semble se confirmer

Certaines données épidémiologiques récentes suggèrent que les inhibiteurs de la 3-hydroxy-3-méthylglutaryl coenzyme A réductase (statines) augmentent la densité minérale osseuse (DMO) et diminuent le risque fracturaire. Il n'y a cependant rien de formellement démontré, car les associations précédentes émanent d'études non contrôlées, le plus souvent de type observation ou cas-témoins, en tout cas, dans le cadre d'une démarche résolument rétrospective. Il n'en reste pas moins que les associations établies concordent ce qui est nécessaire, mais non suffisant. Les résultats d'une étude transversale, réalisée dans le sud-est de l'Australie, ne changeront rien à l'affaire, mais ils méritent néanmoins d'être rapportés, car ils vont dans le même sens que ceux précédemment évoqués.

L'association entre DMO, risque fracturaire et exposition aux statines a été évaluée chez 1375 femmes issues de la même communauté, dont 573 atteintes d'une fracture identifiée radiographiquement et 802 indemnes de lésions traumatiques. Les traitements en cours et le mode de vie ont été évalués à l'aide de questionnaires spécifiques.
Le risque relatif de fracture (en fait l'odds ratio, OR) associé à la prise de statines est de 0,40 (IC 95 %, 0,23 à 0,71). L'ajustement selon la DMO mesurée au niveau du col fémoral, du rachis et du corps entier, porte l'OR à respectivement, 0,43 (IC, 0,24-0,78), 0,42 (0,24-0,75) et 0,45 (0,24-0,78). L'ajustement selon l'âge, le poids, les traitements associés et le mode de vie, ne modifie en rien la valeur du risque fracturaire précédemment associé aux statines. La DMO, en cas d'exposition à celles-ci, est supérieure de 3 % au niveau du col fémoral (p=0,08) et la tendance se retrouve au niveau des autres sites, sans que seuil de signification statistique soit atteint.

Cette étude, comme d'autres, suggère que la prise de statines s'associe à une diminution du risque fracturaire, laquelle atteint ici 60 % (versus les sujets non exposés), un bénéfice qui, s'il est confirmé, dépasse largement l'augmentation modeste de la DMO.

Ph T


Pasco JA et coll. Statin use, bone mineral density, and fracture risk. Geelong Osteoporosis Study. Arch Int Med 2002; 162: 537-540. © Copyright Jim Online 2002.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article