Le traitement de l'accouchement prématuré ou la quête du Graal

La courbe des incidences annuelles des accouchements prématurés (AP) reste plate voire révèle une augmentation récente préoccupante. Plusieurs facteurs expliquent cet échec persistant, entre autre la relative inefficacité de nos interventions thérapeutiques.

Knox M. et coll., du Centre de Recherche Mère-Enfant, Newcastle, États-Unis, présente une étude thérapeutique prospective randomisée multicentrique comparant l'efficacité des timbres de trinitrine (TNT) à celle des béta-mimétiques (BM), traitement de référence de l'AP. Les critères d'inclusion chez des femmes entre 24 et 35 semaines de gestation comprenaient la présence de contractions utérines douloureuses, une dilatation du col, une rupture prématurée des membranes ou un test à la fibronectine cervicale positif. 235 patientes éligibles ont été randomisées (116 sous BM et 119 sous TNT). Aucune des variables pronostiques retenues (nombre d'accouchements dans les 24h-48h-7 jours, mortalité néo-natale, complications respiratoires, durée du séjour en service de néo-natalogie) ne montrent de différence significative entre les deux groupes. Les auteurs concluent donc que les deux traitements sont équivalents en termes d'efficacité.

Cette publication cumule les difficultés des recherches sur la prise en charge de l'AP : définition variable (contractions douloureuses et rupture prématurée des membranes ne sont pas de même pronostic), cohorte modeste, terme variable (24 n'est pas comparable à 35 semaines) randomisation non aveugle, traitement statistique modeste (absence d'intervalle de confiance). La véritable conclusion de cette enquête ne devrait-elle pas plutôt être que les deux traitements sont équivalents en termes d'inefficacité ? Le contrôle de la parturition reste un challenge en ce début de 3ème millénaire.

JMB


Knox M et coll. « The randomized nitric oxide tocolysis trial » Am J Obstet Gynecol 2001;184: 11

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article