Les bolus de corticoïdes à la maison

Le traitement des poussées de sclérose en plaques (SEP) est basé sur l'administration de fortes doses de corticoïdes. L'expérience accumulée pendant des décennies et quelques rares études contrôlées ont permis de proposer des recommandations dans la conférence de consensus de la SEP publiée il y a déjà quelques années. Les principaux experts avaient alors considéré que le traitement devait s'effectuer par voie intraveineuse avec des doses de 1 g de méthylprednisolone pendant au moins 3 jours. Ce mode d'administration avait comme inconvénient de limiter la possibilité de traitement de ces patients à domicile. De nombreux praticiens expérimentés, moins pusillanimes, faisaient cependant réaliser ces bolus à domicile sans rencontrer aucun problème. D'autres proposaient, comme alternative, de fortes doses de corticoïdes per os dont ils constataient la bonne tolérance et l'efficacité. Toutefois les études comparatives ont porté sur de trop faibles effectifs pour aboutir à des conclusions définitives. Dans le cas des chimiothérapies anticancéreuses, plusieurs travaux ont démontré que l'observance  et la satisfaction du patient étaient meilleures lorsque la perfusion était effectuée à domicile. Nombre des patients SEP répugnent à être hospitalisés mais la pratique des bolus à domicile tarde à se répandre en France en raison de l'absence de recommandations et d'études sur ce sujet.

Le travail publié récemment dans Lancet Neurology va certainement permettre aux indécis de proposer à ces patients ce type de prise en charge. En effet, cette équipe britannique a effectué une étude comparative randomisée des deux types de traitement (à l’hôpital ou à domicile) chez 138 patients. Pour pouvoir comparer l'impact des deux prises en charge, ils ont développé et validé  un outil d'évaluation (Multiple Scerosis relapse management scale : MSRMS) fruit de l'analyse poussée d'interviews de malades récemment traités. Les patients étaient évalués avec cette échelle une semaine après le bolus puis à 6 semaines avec des échelles d'évaluation de la SEP globale (EDSS) et d'autres plus orientées sur la déambulation et la santé physique et psychologique et enfin avec une échelle de qualité de vie.

Dans le groupe traité à domicile, il existait une différence significative sur l'item coordination dans les soins en faveur du traitement à domicile. Le coût était le plus souvent moindre à domicile et il n'existait pas de différence de tolérance. Cette étude valide donc l'usage des corticoïdes à domicile et rappelle que toute question thérapeutique peut être étudiée avec une méthodologie scientifique quand on se donne les moyens de créer les outils clinimétriques adaptés.

Dr Christian Geny

Référence
Chataway J et coll. : “Home versus outpatient adminstration of intravenous steroids for multiple sclerosis relapses: a randomised controlled trial.” Lancet neurol 2006 ; 5: 565-71

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article