Traitement hormonal substitutif et risque cardiovasculaire : la minceur pourrait avoir du poids !

Les études d'observation, au demeurant nombreuses, suggèrent que le traitement hormonal substitutif (THS) diminue la mortalité et la morbidité cardiovasculaires, tout en majorant quelque peu le risque de cancer du sein. En l'absence d'études contrôlées, les conjectures sont de bonne guerre. Certaines données épidémiologiques récentes démontreraient que l'impact du THS sur les maladies observées après la ménopause serait modulé par le poids corporel. Une étude de cohorte prospective permet d'en savoir un peu plus sur ce sujet brûlant. Elle a inclus 290 827 femmes ménopausées, indemnes de toute maladie cardiovasculaire ou oncologique au moment de leur inclusion dans l'essai, c'est à dire en 1982. L'objectif était de rechercher une association entre exposition au THS et : 1) mortalité toutes causes confondues ; 2) mortalité imputable à une maladie coronaire, un accident vasculaire cérébral, un cancer quel qu'il soit, y compris le cancer du sein ; 3) une éventuelle interaction avec la masse corporelle. Une analyse statistique, effectuée à l'aide du modèle des risques proportionnels de Cox, a montré qu'au terme de 12 années de suivi, la mortalité toutes causes confondues était plus faible chez les femmes exposées au THS, le risque relatif étant estimé, dans ce cas, à 0,82 (IC 95%=0,78-0,87 versus les femmes non exposées). Le RR le plus faible a été observé pour la mortalité imputable à une maladie coronaire (0,66 ; IC=0,58-0,77). La corrélation inverse entre THS et mortalité coronaire s'est révélée particulièrement forte chez les femmes minces (index de masse corporelle <22 kg/m2) (RR=0,49, ; p<0,02). La mortalité par cancer du sein n'a pas été affectée par le THS, certes globalement, mais aussi, quelque soit le poids corporel. Au sein de cette population, la réduction de la mortalité par maladie coronaire s'est révélée nettement plus faible chez les femmes minces bénéficiant du THS. Au terme de cette étude de cohorte prospective qui reste du domaine de l'observation, il convient de faire appel à des études contrôlées pour préciser le rôle du poids corporel dans la réponse au THS, un biais de sélection ne pouvant être exclus, compte tenu de la méthodologie employées

Ph T

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article