Vaccin pneumococcique conjugué chez le jeune enfant : des résultats mitigés dans l'otite moyenne.

Le pneumocoque est la première cause d'otite moyenne bactérienne représentant 28 à 55 % des cas selon les séries. Les essais de vaccination des enfants par des vaccins polysaccharidiques classiques se sont soldés par des échecs en raison de leur faible immunogénicité, c'est pourquoi on expérimente aujourd'hui des vaccins polysaccharidiques conjugués à des protéines porteuses.
J Eskola et coll. d'Helsinski rapportent leur expérience d'un tel vaccin heptavalent conjugué à l'anatoxine diphtérique. 786 nourrissons ayant reçu ce vaccin par voie intramusculaire à 2, 4, 6 et 12 mois ont été inclus dans cet essai randomisé et comparés à 794 enfants du même âge ayant reçu un vaccin anti-hépatite B.
Globalement, le vaccin n'a diminué les épisodes d'otite moyenne que de 6 % ( intervalle de confiance à 95 % : -4 à + 16 %). Les otites à pneumocoques ( prouvées bactériologiquement) ont diminué de 34 % (IC 95 % : 21 à 45 %) et les otites à pneumocoques dues aux sérotypes contenus dans le vaccin de 57 % (IC 95 % : 44 à 67 %). De façon un peu surprenante, les épisodes d'otites dus à des sérotypes ayant des réactions croisées avec ceux utilisés pour le vaccin ont diminué de 51 %. En revanche, une augmentationde 33 % de la fréquence des otites à pneumocoques d'autres sérotypes a été constaté. Cet effet latéral est à rapprocher des modifications de la flore naso-pharyngée que l'on a observé chez des enfants ayant reçu ce type de vaccin.
Au total, l'efficacité de ce vaccin, qui atteint dans d'autres études, près de 100 % contre les infections invasives à pneumocoques, est relativement limitée contre les otites moyennes à pneumocoques (34 % à 57 % selon que l'on prend en compte tous les sérotypes ou seulement ceux contenus dans le vaccin).

AR

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article