Où l’on propose un soutien psychologique sous forme d’appli pour les patients atteints de LMA

Les patients atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) ont une qualité de vie (QV) et « un moral » considérablement dégradés pendant leur hospitalisation pour une chimiothérapie intensive. Pourtant, rares sont les interventions visant spécifiquement à corriger ou améliorer cette situation. Cette carence fait tout l’intérêt d’un petit essai randomisé pilote dans lequel a été testée l’efficacité éventuelle d’une application mobile au joli nom de DREAMLAND comportant quatre modules obligatoires : (1) psychothérapie de soutien pour faire face au choc initial du diagnostic ; (2) éducation psychologique pour gérer les attentes ; (3) renforcement des contacts psychosociaux pour faciliter l’adaptation ; (4) autogestion de la maladie. Le critère de jugement principal était défini par la faisabilité de cette approche psychologique à la fois ciblée et multiforme, définie par un taux ≥ 60 % des patients éligibles s'inscrivant et 60 % des inscrits complétant ≥ 60 % des modules requis. La QV a par ailleurs été évaluée, à l’état basal et au terme de 20 jours de traitement, à l’aide de divers outils, questionnaires et échelles prenant en compte la détresse, la dépression ou encore l’anxiété, sans oublier la charge symptomatique. 

De meilleurs scores de qualité de vie avec DREAMLAND

Au total, sur 90 patients éligible, 60 (66,7 %) ont été répartis dans deux groupes, les uns utilisant l’application mobile, les autres recevant les soins standard. Tous étaient atteints d’une LMA nécessitant une polychimiothérapie. Plus de six patients sur dix (62,1%) du groupe « appli » ont complété au moins trois quarts des modules, ce qui montre la faisabilité de l’intervention. Dans le groupe DREAMLAND, versus le groupe soins habituels, les scores de QV ont été significativement améliorés (132,06 vs. 110,72 ; p = 0,001) et il en été de même pour l’anxiété (3,54 vs. 5,64 ; p = 0,010), mais aussi les troubles dépressifs (4,76 vs. 6,29 ; p = 0,121) et la charge symptomatique (24,89 vs. 40,60 ; p = 0,007). L’autogestion de la maladie a été également améliorée (151,84 vs. 135,43 ; p = 0,004).

Cette petite étude randomisée « pilote » a le mérite d’attirer l’attention sur les possibilités offertes par une application mobile soigneusement élaborée aux patients hospitalisés pour la prise en charge thérapeutique d’une LMA. Cette approche pourrait en effet permettre de mieux faire face au choc du diagnostic et au poids du traitement.

Dr Philippe Tellier

Références
Areej El-Jawahri et coll. : Psychological mobile app for patients with acute myeloid leukemia (AML): A pilot randomized clinical trial. Cancer. 2023;129(7):1075-1084.
doi: 10.1002/cncr.34645.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article