Question de rythme pour le dépistage systématique du cancer colorectal par coloscopie

De nombreuses autorités sanitaires recommandent la coloscopie en première intention pour le dépistage du cancer du côlon. Pour la population générale, à risque moyen de cancer (pas d’antécédent personnel de cancer colorectal, d’adénome ou de maladie inflammatoire de l’intestin, pas d’antécédent familial de cancer colorectal ni de syndrome de Lynch), une coloscopie de dépistage est recommandée tous les 10 ans. Cet intervalle est principalement dicté par l’histoire naturelle de la progression de l’adénome en carcinome, ou par des données administratives basées sur les registres d’incidence des cancers. Les recommandations sont rarement basées sur les résultats réels du suivi du dépistage, qui devraient pourtant être pris en compte pour la définition de l’intervalle. D’autre part, malgré ces recommandations, plusieurs travaux ont suggéré un abus de coloscopies, répétées avant la fin de l’intervalle conseillé.

Pour évaluer la nécessité de redéfinir ces recommandations, ou de les ré-affirmer pour éviter les abus, une équipe allemande a réalisé une revue de la littérature, recensant les travaux décrivant l’évolution des résultats des coloscopies de dépistage chez des patients à risque moyen de cancer du côlon, avec une coloscopie initiale négative. Au total 28 études ont été retenues pour l’analyse, 22 études de cohorte, 5 études transversales et une étude cas-témoins. Les résultats étaient disponibles pour des coloscopies tous les 5 ans (17 études), entre 5 et 10 ans (16 études) et plus de 10 ans (3 études).

Définitivement tous les dix ans quand la première coloscopie est négative chez des sujets à risque moyen

Cette analyse conforte les guidelines recommandant de ne pas répéter le dépistage avant 10 ans après une première coloscopie négative, chez les patients à risque moyen de cancer colorectal. La prévalence d’une néoplasie est sensiblement la même (21 % à 23 %) pour les 3 intervalles définis. En revanche, la prévalence des adénomes avancés est de 2,8 % pour l’intervalle inférieur à 5 ans, de 3,2 % pour celui de 5 à 10 ans, mais deux fois plus élevée (7 %) pour un intervalle supérieur à 10 ans.

Bien qu’une néoplasie soit dépistée chez plus de 20 % des participants dans l’intervalle de 5 ans, la détection de néoplasies avancées dans l’intervalle de 10 ans est rare, suggérant que ce délai est justifié. Pour les auteurs, la grande majorité des lésions non avancées ont en théorie un faible potentiel de transformation en cancer et la coloscopie peut donc n’être répétée que tous les 10 ans.

Rappelons qu’en France, le dépistage est fait en première intention par le test immunologique de recherche de sang dans les selles, proposé tous les 2 ans, à tous les individus de 50 à 74 ans.

Dr Roseline Péluchon

Références
Heisser T et coll. : Outcomes at follow-up of negative colonoscopy in average risk population: systematic review and meta-analysis. BMJ 2019;367:l6109. doi: 10.1136/bmj.l6109.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article