Des poissons « choisis » pour les femmes enceintes et les jeunes enfants

Aux Etats Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a publié récemment une mise à jour des recommandations concernant la consommation de poissons et de fruits de mer par les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants en bas âge, en insistant sur les bienfaits de ces aliments.

De nombreux consommateurs américains, inquiétés par la présence de mercure dans ces aliments, évitent ou limitent leur consommation de poissons et fruits de mer. Les femmes enceintes aux USA en consomment des quantités bien inférieures à celles recommandées. Cette mise à jour a pour but de donner les informations nécessaires pour rassurer et orienter les consommateurs.

Si pratiquement tous les poissons contiennent du mercure, de nombreux types de poissons ou fruits de mer sont aussi de bons aliments et contiennent des quantités de mercure suffisamment basses pour que leur consommation ne fasse courir aucun risque. Les produits de la mer apportent des protéines, des AG oméga 3 (DHA), de la Vit B12, de la Vit D, mais aussi du fer, du sélénium, du zinc et de l’iode. Leur consommation est cardio-protectrice et diminue le risque d’obésité.

Les poissons et fruits de mer sont classés en trois groupes selon leur teneur en méthylmercure, la dose de référence d’exposition chronique étant de 0,1 μg/kg de poids par jour.

Quel poisson privilégier ?

- « Meilleur choix », teneur en mercure  ≤ 0,15 μg/g, (2 à 3 portions par semaine) :
anchois, courbine, maquereau, bar/loup, silure, morue/cabillaud, limande, églefin/haddock, colin/merlu, hareng, mulet, perche d’eau douce ou de mer, brochet, plie, lieu, saumon, sardine, alose, raie, éperlan, sole, tilapia, truite, thon et bonite en boîte, merlan, coquille St Jacques, palourde, huître, encornet/calamar, crabe, écrevisse, crevette, homard/langouste.

- « Bon choix », teneur en mercure entre 0,15 μg et 0,46 μg/g, (1 portion par semaine) :
 tassergal, carpe, mérou, flétan, mahi-mahi, lotte, rascasse, dorade grise, vivaneau, thazard, bar rayé,  thon/thon albacore, thon à nageoires jaunes, truite de mer, courbine du Pacifique.
 
- « A éviter », teneur en mercure  > 0,46 μg/g :
marlin, requin, espadon, thon obèse (liste non limitative).

Quelles quantités consommer ?

Elles sont aussi précisées par les recommandations :

- pour les adultes ≈ 110 g par portion (de la taille d’une paume de main), au moins 2  fois par semaine  s’il  s’agit des poissons du groupe « Meilleur choix » (ceux contenant les doses les plus faibles de  mercure), ou une seule fois par semaine pour les poissons du groupe « Bon choix ».

- pour les femmes enceintes ou allaitantes, 2 à 3 portions par semaine des poissons du groupe « Meilleur  choix ».

- pour les enfants ≈ 30 g par portion à 2 ans, à augmenter progressivement jusqu’à 110 g à 11 ans, une  à  deux fois par semaine.

Les tests ont été faits sur les poissons et les fruits de mer commercialisés. Il est recommandé de ne pas manger plus d’une fois par semaine les produits venant de pêcheurs amateurs, et de s’informer localement de la présence éventuelle d’autres toxiques.

Dr Catherine Vicariot

Référence
Advice about Eating Fish. www.FDA.gov/fishadvice

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Poissons choisis

    Le 08 juillet 2019

    Et les moules ?

  • Et en France ?

    Le 09 juillet 2019

    Merci pour cette analyse.
    Il est probable que les teneurs en mercure et/ou autres polluants (micro-particules de matières plastiques) dépendent de la provenance. Une étude similaire sur les poissons et fruits de mer consommés chez nous a-t-elle été faite?
    Ceci dit, il semble qu’il va devenir de plus en plus difficile de manger sans risque. Cultivez votre jardin? L’eau de pluie n’est elle pas chargée de ce que les usines, parfois situées très loin, ont rejeté dans l’atmosphère? Je ne suis peut-être plus très concerné, mais nos enfants et petits enfants!

    Dr P Foulon

  • En France, va-t-on corriger le tir ?

    Le 21 juillet 2019

    L'ancienne recommandation de l'AFSSA/ANSES de limiter ces poissons gras chez la femme enceinte, à 1/semaine, va-t-elle être corrigée ?
    Utile de rappeler l'importance de ces omega 3 chez la femme enceinte et au moment de l'allaitement : 5 points de QI en plus pour le bébé !

    Dr C. Trape

Réagir à cet article