Le « secret » pour vieillir en forme

Le maintien de la mobilité est un objectif prioritaire pour un vieillissement actif. La fragilité et la sarcopénie sont les cibles des interventions destinées à améliorer les capacités physiques des personnes âgées. Elles peuvent être définies comme l’association d’une baisse des fonctions physiques et d’une faible masse maigre, en l’absence de handicap moteur.

Un essai randomisé a été réalisé à travers 11 pays européens, qui a inclus plus de 1 500 personnes de 70 ans et plus présentant une fragilité physique et une sarcopénie, et capables de marcher au moins 400 m. Les uns (n = 760) bénéficiaient d’une prise en charge associant une activité physique d’intensité modérée, en groupe 2 fois par semaine et à la maison, en augmentant progressivement jusqu’à 4 fois par semaine. Ils recevaient aussi des informations nutritionnelles.

Les autres (n = 759) recevaient, 1 fois par mois, des conseils pour un vieillissement en bonne santé. Les participants étaient initialement évalués par le score SPPB (short physical performance battery), de 0 à 12, mesuré sur le test d’équilibre, le test de vitesse de marche et celui de lever de chaise.

Activité physique et nutrition adaptée

L’intervention a été menée pendant environ 3 ans (26,4 mois en moyenne). Elle est associée à une réduction de la survenue d’une incapacité physique chez les participants dont le score SPPB initial était compris entre 3 et 7, en comparaison de ceux qui n’ont reçu que des conseils de mode de vie. Les premiers améliorent même leurs performances physiques, plus que les seconds et les femmes du groupe intervention perdent moins de force musculaire et de masse maigre que celles du groupe conseils.

Parmi les participants dont le score SPPB initial était de 8 à 9, l’intervention ne modifie pas le risque d’invalidité physique, a des effets marginaux sur les performances physiques, mais, chez les femmes, réduit la perte de masse musculaire maigre.

Pour les auteurs, ces résultats devraient concourir à dépasser ce qu’ils qualifient de « nihilisme thérapeutique » qui a trop longtemps accompagné la perte des fonctions physiques et musculaires du grand âge. Des interventions proposant une activité physique encadrée et des conseils nutritionnels peuvent constituer une stratégie pour préserver la mobilité des personnes à risque.

Dr Roseline Péluchon

Références
Bernabei R. et coll. : Multicomponent intervention to prevent mobility disability in frail older adults: randomised controlled trial (SPRINTT project)
BMJ2022;377:e068788. 10.1136/bmj-2021-068788

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article