Boris Johnson étrillé pour sa gestion de la crise sanitaire

Londres, le mercredi 13 octobre 2021 – Dans un rapport à charge, des parlementaires britanniques reprochent au gouvernement de Boris Johnson d’avoir tardé à confiner la population au début de la pandémie.

L’épidémie de Covid-19 est loin d’être terminé en Europe, même si une campagne de vaccination massive a permis d’en réduire très sensiblement les effets néfastes Pourtant, pour certains, il semble déjà l’heure de faire le bilan, de tirer les leçons de la crise et de chercher les responsables de cette catastrophe sanitaire. C’est le cas au Royaume-Uni, où deux commissions parlementaires ont rendu ce mardi un rapport sur la gestion de l’épidémie de Covid-19 par l’exécutif. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les députés ne sont pas tendres avec le gouvernement de Boris Johnson.

Les auteurs du rapport dénoncent les « graves erreurs » commises par le leader conservateur dans sa réponse à l’épidémie. Ils s’attardent notamment sur la position des autorités au tout début de la crise, début mars 2020, qu’ils qualifient de « l’un des plus importants échecs de santé publique de l’histoire du Royaume-Uni ».

Un confinement trop tardif ?

Pour rappel, début mars 2020, alors que les premières mesures de confinement étaient prises en Italie, en Espagne et en France, le Premier Ministre Boris Johnson avait dans un premier temps refusé de prendre des mesures aussi drastiques. Selon certains, l’ancien maire de Londres avait alors fait le choix de l’immunité collective, même s’il a toujours démenti avoir adopté cette stratégie. Cette approche « fataliste » selon les termes du rapport parlementaire a finalement dû céder face à la saturation des hôpitaux et un confinement national avait été prononcé le 23 mars 2020, une semaine après le reste de l’Europe.

Pour les députés britanniques, ce sont les conseillers scientifiques du gouvernement qui sont responsable de cette erreur. Le 13 mars 2020, ils avaient ainsi unanimement conclu que le confinement n’était pas la bonne solution pour lutter contre l’épidémie de Covid-19. « Il est maintenant clair que c’était la mauvaise décision et que cela a aggravé le nombre de morts par rapport à une politique plus énergique » peut-on lire dans le rapport. En juin 2020, l’Imperial College de Londres (par ailleurs critiqué pour de très nombreuses erreurs dans ses prévisions épidémiologiques) avait conclu qu’un confinement pris une semaine plus tôt aurait permis de réduire le nombre de morts par moitié (sans que les méthodes de calcul conduisant à cette affirmation soient très clairs).

Le gouvernement se retranche derrière les scientifiques

D’autres décisions prises par le gouvernement tout au long de la crise sont montrés du doigt par les élus. Sont notamment critiqués les retards dans la mise en place du dépistage, qui aurait notamment permis la propagation meurtrière de l’épidémie dans les maisons de retraite. Les parlementaires estiment également (à l’inverse) que certaines restrictions mises en place durant la pandémie, comme le couvre-feu à 22h ou l’interdiction du sport en plein air, n’avaient pas de bases scientifiques.

Interrogé sur ce rapport « accablant » publié ce mardi, le ministre du budget Stephen Barclay a déclaré que le gouvernement était « prêt à en tirer des leçons » mais a refusé de présenter des excuses. Il s’est notamment retranché derrière les scientifiques, rappelant que l’exécutif n’avait fait que suivre leurs avis. Surtout, il a tenu a rappelé que Boris Johnson avait mieux su gérer la deuxième partie de la crise et notamment la campagne de vaccination, mené tambour battant. Un succès souligné par les parlementaires, qui estiment que le gouvernement a en quelque sorte « racheté » ses erreurs du passé grâce à la vaccination.

Avec 138 000 morts du Covid-19 depuis le début de la pandémie, le Royaume-Uni est le deuxième pays le plus endeuillé d’Europe en valeur absolue, derrière la Russie et un peu devant la France.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article