Grève contre la réforme des retraites : les libéraux en ordre de bataille

Paris, le mardi 21 janvier 2020 - Le collectif SOS retraites, dont font partie pour les médecins l’UFML-S et la FMF*, appelle les professionnels libéraux à cesser leur activité à partir du 3 février pour protester contre la réforme des retraites.

En outre, l’UFML-S invite dès aujourd’hui les soignants libéraux à exprimer leur colère via les réseaux sociaux en réalisant une courte vidéo accompagnée du hashtags #devissetaplaque.

Lundi, une trentaine de vidéos étaient déjà en ligne et le syndicat en espère 300.

On notera, notamment, les interventions des Dr Marty et Hamon. Le premier souligne « je suis frappé par l’épuisement, la lassitude, par la colère, par l’aquabonisme parfois des médecins, ils n’en peuvent plus de ce que le politique a fait de leur métier, du poids administratifs, des missions absurdes qu’on leur demande, de voir leur métier saboter par les politiques sanitaires successives (…) nous allons nous lancer dans un mouvement dur avec une grève illimitée » affirme-t-il face caméra.

La FMF croit-elle encore au syndicalisme représentatif ?

Le Dr Jean-Paul Hamon rappelle qu’en tant que patron d’un syndicat représentatif il a pu constater le manque de valeur de la parole de l’État…

Dans un communiqué, il ajoute que cette réforme est le « coup de pied de l’âne, l’estocade, l’outrage ultime » à l’exercice libéral de la médecine.

La FMF s’en prend même à l’esprit du syndicalisme représentatif et accuse l’état d’avoir acheté la paix sociale au prix de « divisions soigneusement entretenues ( …) en saupoudrant quelques avantages par-ci par là, avec quelques belles paroles et médailles en chocolats. Et en offrant des prébendes aux responsables syndicaux ».

Il n’en appelle pas pour autant à une grève « dure et illimitée » mais un « allègement » « en refusant l’administratif (revenir aux anciens formulaires, disponibles sur le net), en ne consultant qu’un jour sur deux (ou moins), en refusant les nouveaux patients, en envoyant le patients aux urgences dès que possible ».

Il suggère également d’étendre les revendications « pour une fois que nous nous levons » pour « demander également une vraie revalorisation des actes, pour s’approcher du standard européen (…) » ou encore obtenir la fin de la ROSP. 

Soulignons qu’au-delà de ces appels tranchés, la précédente grève « glissante » du 3 au 6 janvier avait été très peu suivie par les médecins libéraux.

*UFML-S : Union Française pour une Médecine Libre – Syndicat
*FMF : Fédération des Médecins de France

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Contre le sabotage du métier de médecin

    Le 21 janvier 2020

    Il est temps que les médecins protestent et contre le sabotage du métier de médecin et contre cette réforme qui n'a plus rien d'universelle.
    Le gouvernement a accordé des avantages à ceux qui se sont manifestés. Les études sont longues (un député m'a même demandé s'il n'était pas juste de demander aux médecins de rembourser leurs études payées par l'état sans savoir qu'externes, internes sont des petites mains précieuses bénévoles actuellement rémunérées mais comme le sont les apprentis).
    Le travail est chronophage épuisant (voir prix d'une cs) et en remaniement permanent complexe pour l'organisation du travail et le paiement des actes.
    Ce ne sont pas les médecins qui sont responsables des déserts médicaux mais bien un président qui a décidé un numerus clausus pour amener les citoyens à l'automédication et le temps a passé.
    Ce qu'il n'avait pas prévu c'est la féminisation (car métier moins rémunérateur) et le changement de mentalité des nouvelles générations ayant décidé de s'occuper et de leur cabinet et de leur vie privée ...sans attendre la retraite.

    La retraite du médecin est de 2663 € par mois en moyenne en 2019 en décalage avec celles des régimes spéciaux, des parlementaires etc avec des horaires largement supérieurs.

    Les médecins sont trop individualistes pour 1 fois "c'est maintenant" ou jamais mobilisez-vous !Défendez votre profession ! Et ne croyez pas que le salariat va vous apporter la sérénité et les émoluments auxquels vous "avez droit".
    Espérons que le 3 février 2020 les médecins prendront leur destin en main.

    Dr Roselyne Cales

  • Modalités de la grève

    Le 26 janvier 2020

    Une grève où on travaille tout de même avec un beau brassard "en grève" ne sert à rien ! Il faut effectivement arrêter l'administratif mais pas celui de la sécu, le gouvernement n'en a rien à faire non plus des anciens formulaires ! Arrêtons de signer les certificats de décès et les gardes à vue...

    Dr Isabelle Thomas-Suty

Réagir à cet article