Chute du nombre de tests pratiqués en France

Paris, le mercredi 20 octobre 2021 – La fin de la gratuité a provoqué (comme on pouvait s’y attendre) une forte chute du nombre de tests de dépistage de la Covid-19 pratiqués en France. Une situation qui inquiète certains épidémiologistes.

On ne peut pas dire que l’on est vraiment surpris. Depuis vendredi dernier, les tests PCR et antigéniques de dépistage de la Covid-19 sont payants pour les adultes non vaccinées (environ 7 millions de personnes) qui ne disposent pas d’une prescription médicale ou qui ne sont pas cas contacts. Sans surprise, cette mesure a provoqué une forte baisse du nombre de tests réalisés. Ce vendredi 15 octobre, premier jour de la fin de la gratuité, seulement 371 000 tests ont été effectués dans tout le pays, contre 675 000 le vendredi précédent, soit une baisse de 45 %. La veille, jeudi 14 octobre, les Français non vaccinés avaient en revanche massivement profité de ce dernier jour de gratuité, puisque 806 000 tests avaient été réalisés en 24 heures, un record depuis début septembre. Le nombre de tests est de manière générale en forte baisse depuis la fin août.

Perte de suivi de l’épidémie ?

Selon le gouvernement, la fin de la gratuité généralisée des tests a pour objectif de convaincre les derniers récalcitrants à se faire vacciner. Un résultat qui risque d’être difficile à atteindre si l’on en croit les données d’un sondage publiée jeudi dernier, selon lequel seulement 8 % des Français non vaccinés se disent prêt à changer d’avis. De manière plus prosaïque, la fin de la gratuité permet également de soulager les finances de la Sécurité Sociale, alors que le dépistage devrait couter plus de 6 milliards d’euros à la collectivité en 2021.

Cependant, selon certains épidémiologistes, la baisse du nombre de tests pratiqués risque de rendre plus difficile le suivi de l’épidémie. « On n’arrivera plus à suivre correctement l’évolution de l’épidémie car le taux d’incidence sera affecté » alerte Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie à l’université de Versailles. « On n’évitera plus certaines chaînes de transmission qui auraient pu être évitées si l’accès aux tests était plus facile » abonde dans le même sens Pascal Crépey. Cet épidémiologiste se veut cependant rassurant. Selon lui, le nombre d’hospitalisations reste le principal indicateur de la gravité de l’épidémie et le taux de vaccination important de la population française semble nous mettre à l’abri d’une nouvelle saturation hospitalière.

Heureux comme un Danois non-vacciné

Après quelques jours de légère hausse, le nombre de nouveaux cas détectés en France s’est d’ailleurs stabilisé ces derniers jours, sans que l’on puisse déterminer si cela est dû à la baisse du nombre de tests ou à une stagnation de la circulation virale.

Malgré ces quelques critiques, le gouvernement défend sa mesure. Selon le ministre de la Santé Olivier Véran, l’effet de la fin de la gratuité sur le nombre de tests pratiqués sera minime. Il estime, faisant preuve d’un optimisme certain, que 2 millions de tests seront encore réalisés chaque semaine, « ce qui fera encore de la France un des pays qui testent le plus au monde ». Le gouvernement avance également que les tests qui ne plus remboursés sont essentiellement des « tests de confort » qui sont le fait de « personnes souvent asymptomatiques qui ont des taux de positivité très faibles » (ce qui doit être encore plus le cas des tests remboursés pratiqués chez des vaccinés !).

La France était le dernier pays en Europe avec le Danemark et l’Autriche à ne pas faire payer les tests de dépistage même sans prescription médicale.

Malheureusement pour les non-vaccinés, le vol Paris-Vienne n’est pas remboursé par la Sécurité Sociale.

Nicolas Barbet

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (7)

  • Conclusion ?

    Le 21 octobre 2021

    que signifie cette phrase de conclusion? "Malheureusement pour les non-vaccinés, le vol Paris-Vienne n’est pas remboursé par la Sécurité Sociale." Est il utile d'ajouter de la division dans l'article? Un rédacteur ne devrait il pas rester impartial?

    Anne Levry (pharmacien)

  • Tests de voyage

    Le 24 octobre 2021

    Vous avez parfaitement compris le sens de cette dernière phrase et j’approuve à 1000% ! Beaucoup de non vaccinés (et antivax) font ces tests uniquement pour leur permettre de prendre l’avion!

    Dr Farid Benkaci

  • Conclusion ? suite...

    Le 24 octobre 2021

    Un trait d'humour opportun ne nuit pas !
    En l'espèce, pour quelle raison objective un rédacteur ne pourrait-il émettre un avis pertinent sur une telle question ?...
    Biberonnés depuis des lustres aux gratuités de toutes sortes, nombre de non vaccinés (qui attendent que les autres le soient pour s'imaginer bénéficier 'gratuitement' de leur immunité...) avaient pris cette très mauvaise habitude de se faire tester au moindre éternuement (certains osant même avouer le faire depuis des mois 2 fois la semaine !). Sans évidemment imaginer un instant qu'ils participaient, eux et leurs nombreux coreligionnaires, au gouffre annoncé de nos finances communes.
    Aussi, le trait d'humour de l'auteur me semble au contraire parfaitement bien venu en la circonstance ! La gratuité des tests sans raison objective fût une erreur.

    Alain Cros, pharmacien industriel

Voir toutes les réactions (7)

Réagir à cet article