Did-you lose water ? Une application pour ne pas couler face à un patient étranger !

Paris, le samedi 29 août 2015 – Notre pays est un des plus visités au monde : malheureusement l’émerveillement de découvrir notre belle contrée ne protège par les touristes des malaises, fractures et autres accouchements prématurés. C’est ainsi que dans les grandes villes et dans les régions les plus fréquentées, les médecins urgentistes ainsi que de nombreux autres professionnels de santé doivent régulièrement (voire quotidiennement) prendre en charge des personnes ne parlant guère le Français. L’usage de l’Anglais ne permet pas toujours dans ces situations de venir à bout de toutes les difficultés, loin s’en faut. D’abord parce que patients comme médecins ne le maîtrisent pas toujours parfaitement, ensuite parce que l’anxiété liée à l’état pathologique altère parfois le calme nécessaire à l’utilisation d’une langue étrangère. Or, dans certains cas urgents ou pour certaines langues, le recours à un traducteur n’est pas parfaitement simple.

Langue des signes

Internet, depuis quelques années, devait permettre d’améliorer ces échanges hasardeux. Cependant, les moteurs de traduction ne se montrent pas toujours à la hauteur des espérances. Certaines britanniques au bord de l’accouchement ont probablement formé des yeux plus ronds que leur ventre en entendant l’interne leur demander tout à trac : « Did-you lose water ». Dans les pays anglo-saxons, on ne perd par les eaux… on les casse ! Ces difficultés, Frédéric Sola, sapeur pompier à l’aéroport de Paris Charles de Gaulle les connaît parfaitement. Elles constituent même son quotidien. Sa confrontation constante avec des voyageurs ne parvenant pas à évoquer leurs souffrances ou leurs attentes l’a incité à développer, avec le soutien de traducteurs assermentés l’application Trad 112. Disponible sur IOS et Android, ce dispositif qui fonctionne sans connexion internet, s’adresse aux patients comme au médecins. La version "tout public" propose différentes questions simples pouvant être traduites en anglais, allemand, espagnol, chinois, japonais, arabe, portugais, italien, russe et coréen. Le professionnel clique sur l’interrogation qu’il souhaite soulever et celle-ci est immédiatement prononcée dans la langue choisie (ou formée en langue des signes par vidéo). Cette version propose également un répertoire des numéros d’urgence français ainsi qu’un petit lexique des différentes régions anatomiques (une fonctionnalité qui peut être utile également aux Français en voyage à l’étranger). Pour les professionnels, les questions disponibles sont beaucoup plus nombreuses (une centaine environ aujourd’hui).

Succès !

Quotidiennement, Frédéric Sola a constaté l’utilité de son dispositif auprès des passagers de l’aéroport Charles de Gaulle. « Un jour, une passagère chinoise fait un malaise. On n’arrivait pas à avoir des infos. On a posé des questions à son mari avec l’application. Et on a pu savoir que la femme était diabétique et qu’elle avait eu un malaise quinze jours plus tôt », raconte par exemple le sapeur pompier dans les lignes de Corse Matin. Aujourd’hui, il n’est plus seul à s’appuyer sur ce système. En quelques semaines l’application, adoptée par Aéroport de Paris, est sortie de l’ombre : celle qui coûte 3,99 euros pour sa version grand public et 19,99 euros pour les professionnels avait été téléchargée moins de 300 fois au début de l’été ; elle comptabilise désormais plus de 2 500 achats. Des échos médiatiques et surtout un bouche à oreille positif dans plusieurs hôpitaux ont contribué à ce succès. Celui-ci devrait encourager Frédéric Sola à de nouvelles améliorations et fonctionnalités.


PS : Comme nous l’ont fait remarquer certains lecteurs, signalons que si TRAD 112 a bénéficié d’une large médiatisation cet été, elle n’est cependant pas l’unique application à proposer ce type de services. D’autres, plus anciennes et parfois gratuites, sont également disponibles.

Soulignons que si TRAD 112 a bénéficié d’une large médiatisation cet été, elle n’est cependant pas l’unique application à proposer ce type de services. D’autres, plus anciennes et parfois gratuites, sont également disponibles.



Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Trad112

    Le 29 août 2015

    J'ai téléchargé l'application mais j'aurais aimé trouver la pro car ma patientèle est quasiment étrangère.

Réagir à cet article