IVG : une sénatrice s’en prend à la clause de conscience

Paris, le jeudi 2 août 2018 – Le centre hospitalier du Bailleul, dans la Sarthe, ne propose plus d’IVG depuis plus de six mois, faute de médecins. Ainsi, sur les cinq gynécologues en poste jusqu’à l’an dernier, un vient de partir en retraite, trois se prévalent de la clause de conscience et un exerce à temps partiel.

Cette situation a déclenché l’ire de Nadine Grelet-Certenais, sénatrice PS de la Sarthe, qui a interpellé Agnès Buzyn sur le sujet lors d’une séance de questions orales au Sénat.

« Alors que Simone Veil est entrée au Panthéon, près de 45 ans après la reconnaissance du droit à l’avortement, il est intolérable que les femmes ne puissent pas exercer leur droit essentiel parce que des médecins, au mépris de l’accès aux soins, font valoir des réticences d’ordre personnel ou éthique » a-t-elle ainsi déclaré.

Ne reprenant pas les attaques de cette sénatrice à l’endroit du corps médical, Agnès Buzyn a annoncé suivre le dossier et a promis un retour à la normale pour la rentrée de septembre.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (16)

  • Ivg

    Le 02 août 2018

    J'ignorais que l'IVG fut un soin...Que soigne-t-il?

    Dr Daniel Cosculluela

  • IVG:une sénatrice s'en prend à la clause de conscience

    Le 03 août 2018

    Oups! Madame la sénatrice, seriez vous une adepte de la "pensée unique"? (si proche de l'horrible dogmatisme). En un mot, il vous est insupportable que l'on se permette de refuser, même dans son bon droit, de faire un acte contraire à ses convictions morales ou à son éthique, c'est-à-dire d'utiliser la clause de Conscience comme la loi l'autorise! Je n'ose imaginer votre réaction si les rôles eussent été inversés !!! Ben oui, la pensée unique, toujours elle!!
    Puis-je vous suggérer de relire, ou peut-être delire pour la première fois(?) l'article L 2212-8 du code de la Santé Publique.
    Juste pour terminer, Madame la sénatrice de la Sarthe, je me permets de rappeler que l'hôpital du Bailleul est situé à moins d'une demi-heure de deux gros hôpitaux, Le Mans et Angers, où les IVG sont assurées sans problème, et que, à ma connaissance, l'IVG n'est pas une urgence médicale. Mais toujours en adepte de la pensée unique vous semblez préférer clouer au pilori des médecins qui ont des convictions et une éthique différente de la vôtre, alors que LA LOI les y autorisent, plutôt que de proposer un petit déplacement de 20 minute en voiture pour une femme qui pourra exercer son droit essentiel d'accès aux soins...sans le moindre problème.
    Ainsi Madame la sénatrice, j'estime que votre attitude témoigne d'un manque total de respect, non seulement des médecins concernés, mais du corps médical tout entier.
    En conclusion, il y a deux mots qui m' insupportent: la PENSÉE UNIQUE et le DOGME.

    Dr François-Xavier Lebas

  • IVG dans la Sarthe

    Le 03 août 2018

    Je suis pleinement d’accord avec mon confrère le Dr FX Lebas. La clause de conscience qu’invoque un praticien qui ne souhaite pas réaliser d’IVG ne saurait en aucun cas être mise en cause.

    Dr Jean Salomon

Voir toutes les réactions (16)

Réagir à cet article