La coxarthrose, parfois une maladie professionnelle ?

La prévalence de la coxarthrose varie largement de 2 % à 29 % chez les moins de 75 % dans les études européennes, selon la région et les critères diagnostiques. Son incidence commence à augmenter à partir de l’âge de 40-50 ans, sous l’effet de facteurs génétiques, congénitaux et environnementaux. Certaines études plaident en faveur d’une association positive entre le soulèvement de charges lourdes sur le long terme et le risque de coxarthrose, le rôle des professions physiquement éprouvantes étant, lui aussi, évoqué.

Il est un pays, en l’occurrence l’Allemagne, où la coxarthrose fait partie des maladies professionnelles depuis 2020 : les travailleurs bénéficient de ce statut, dès lors qu’ils ont manipulé des charges > 20 kg au moins dix fois par jour ou si la charge cumulée au cours de leur vie professionnelle est d’au moins 9 500 tonnes. Une revue systématique de la littérature internationale permet d’élargir le débat. Les bases de données électroniques Medline, Embase, HSE-Line et Cochrane Library ont été interrogées entre 1990 et mai 2020, les résumés de certains congrès renommés étant également consultés. Les articles publiés en anglais et en allemand ont été passés en revue.

Implication de certains métiers


Le nombre d’études retenues en vue d’une méta-analyse est restreint, au nombre de treize, dont six études de cohorte et six études cas-témoins regroupant environ 300 000 participants. Un risque élevé de coxarthrose a été suggéré pour six groupes de professions physiquement exigeantes. Celles relevant de l'agriculture, de la pêche, de la sylviculture et du secteur alimentaire doublent le risque de coxarthrose, en termes d’odds ratios ou de risques relatifs, par comparaison de cas et de témoins.

Dans le secteur du bâtiment, de la métallurgie et des métiers au cours desquels l’ensemble du corps est exposé aux vibrations de véhicules ou d’autres machines, le risque en question est majoré d'environ 50 à 60 %. Une catégorie à part est représentée par celle des travailleurs non ou peu qualifiés: dans ce cas de figure, l’exposition fréquente aux travaux manuels pénibles comprenant le port répétitif de charges lourdes double presque le risque de coxarthrose, le risque relatif correspondant étant en effet estimé à 1,89  (intervalle de confiance à 95 % IC95 % : 1,29 à 2,77), comparativement aux travailleurs moins exposés.

Les études retenues dans cette méta-analyse n’autorisent qu’une approche transversale du problème, de sorte qu’il est difficile d’établir un lien de causalité entre toutes les expositions professionnelles supposées à risque et la survenue d’une coxarthrose. La pénibilité de certains métiers qui impliquent de soulever et de transporter des charges lourdes de manière itérative est bien mise en exergue et l’Allemagne a d’ailleurs franchi le pas en considérant la coxarthrose comme une maladie professionnelle, dès lors que certains seuils quantifiables sont franchis. Les postures pénibles ou exigeantes à longueur de temps, la station debout prolongée, le fait de “courir tout le temps” et l’exposition aux vibrations corporelles sont autant de variables potentiellement associées au risque de coxarthrose.

D’autres études ont encore leur place pour affiner l’évaluation de ce dernier, le niveau de preuve pour incriminer avec certitude les variables identifiées par cette analyse restant insuffisant.

Dr Philippe Tellier

Référence
Unverzagt S et coll. : Influence of physically demanding occupations on the development of osteoarthritis of the hip: a systematic review. J Occup Med Toxicol. 2022 ; publication avancée en ligne le 24 août. doi: 10.1186/s12995-022-00358-y.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Activité physique et arthrose

    Le 02 décembre 2022

    Les études qui visent à "démontrer" un rôle causal de l'exercice dans l'arthrose sont d'une faiblesse insigne.
    Il existe certes divers facteurs de risque d'arthrose qui sont autant de facteurs confondants mais, jusqu'à preuve du contraire, l'activité physique régulière favorise la trophicité articulaire.

    Dr Pierre Rimbaud

Réagir à cet article