Le vaccin antigrippal diminue la prescription d’antibiotiques

La prescription excessive d’antibiotiques (AB) en ambulatoire contribue à l’installation de résistances bactériennes. Cette consommation augmente de plus de 20 % en saison hivernale et coïncide avec le pic d’épidémie grippale.

De surcroît, plus de 60 % des AB sont prescrits pour des infections respiratoires qui sont le plus souvent virales. Deux études récentes ont montré une baisse de la consommation des AB chez l’enfant sans explication claire malgré plusieurs hypothèses.

L’impact de la couverture vaccinale contre la grippe est très mal connu, mais pourrait y participer.

Une étude rétrospective américaine

Des infectiologues, épidémiologistes et pharmacologues de l’Université de Caroline du Sud ont examiné rétrospectivement l’association temporelle entre les taux de prescriptions des AB en ambulatoire et la couverture vaccinale contre la grippe. L’étude a porté sur les enfants de 6 mois à 17 ans, entre 2012 et 2017.

Deux programmes, Medicaid et Employee Health Plan Pharmacy, qui couvrent environ 60 % de la population dans cette tranche d’âge, ont été utilisés pour connaître les taux de prescription des AB pendant la période épidémique de janvier à avril.

La couverture vaccinale dans l’état de Caroline du Sud a été évaluée sur 6 périodes de 2011-2012 à 2016-2017 à partir des données des CDC (Centers for Disease Control and Prevention). Les liens entre les prescriptions d’AB et les couvertures vaccinales ont été examinés par régression linéaire après ajustements en fonction de l’efficacité du vaccin pour chaque saison épidémique.

Augmentation de la vaccination, diminution des prescriptions

Durant les 6 années, le taux annualisé de prescription d’AB a diminué de 23 % pour la période de janvier à avril, passant de 103/1000 personnes/mois à 79 ‰ (p < 0,001). Cette baisse observée pour tous les AB, était plus marquée pour les macrolides (44 %). La couverture vaccinale a augmenté, passant de 51 % pendant la 1ère saison à 61 % en 2014-2015.

L’efficacité vaccinale était de 40 % à 52 % pendant la période d’étude, exception faite d’une chute à 19 % en 2014-2015. Après ajustement en fonction de l’efficacité vaccinale, une association dans le temps a été constatée entre la baisse du taux de prescription d’AB et l’augmentation de la couverture vaccinale. Les taux de prescription des AB ont diminué de 3/‰ personnes/mois pour chaque augmentation de 1% de la couverture vaccinale des enfants (p < 0,001).

Au total, cette étude a montré une diminution de la prescription d’antibiotiques pendant le pic de la saison grippale entre 2012 et 2017. Le taux le plus bas a été observé en 2014 lorsque la couverture vaccinale et l’efficacité du vaccin plus élevées.

L’explication probable était la diminution des infections respiratoires aigües qui avait menée à moins de visites aux urgences et de ce fait moins de prescriptions.

En conclusion, il existe une association temporelle entre l’augmentation de la couverture vaccinale contre la grippe et le taux de prescription des antibiotiques en saison hivernale. Un taux de couverture vaccinale de 70 % pourrait encore diminuer les prescriptions d’antibiothérapie chez les enfants.

Dr Jean-Jacques Baudon

Référence
Younas M, Royer J, Winders HR, et al. Temporal Association between Influenza Vaccination Coverage and Ambulatory Antibiotic Use in Children. Pediatr Infect Dis J. 2022 Jul 1;41(7):600-602. doi: 10.1097/INF.0000000000003533. Epub 2022 Jun 7. PMID: 35363650.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (4)

  • Pas de vaccin contre l'incompétence

    Le 27 août 2022

    Qui ignore encore que les antibiotiques sont inutiles dans les infections virales, hormis en cas de surinfection ?
    Mieux vaut vacciner contre l'incompétence que vacciner abusivement les enfants.

    Dr Isabelle Gautier

  • Trop

    Le 27 août 2022

    Vacciner les prescripteurs contre les prescriptions abusives et/ou inutiles d'antibiotiques, d'antidépresseurs, hypnotiques et tranquillisants etc.
    Sur-prescription d'antibiotiques, résistance aux antibiotiques. Sur-prescription de vaccins : quel impact sur le système immunitaire ?
    Pourquoi les pathologies auto-immunes, l'asthme et les allergies alimentaires augmentent-elles massivement ?

    Dr Isabelle Gautier

  • Un grand pas en avant !

    Le 29 septembre 2022

    Belle étude ; quelle inquiétude !
    Ainsi donc...la prescription inadéquate d'antibiotiques serait freinée par la connaissance du statut vaccinal.
    Voyons sans tarder s'il en est ainsi de notre côté de l'Atlantique. Et poussons à la charrette de la vaccination si tant est qu'elle évite les erreurs rédhibitoires.

    Dr J-M Servais

Voir toutes les réactions (4)

Réagir à cet article