Lutter contre le tabou de l’inceste : une commission dédiée aux violences sexuelles contre les enfants

Paris, le lundi 3 août 2020 - Des états généraux de la protection de l’enfance doivent se dérouler à la mi-octobre. Ils auront notamment pour toile de fond le plan de lutte contre les violences faites aux enfants, qui comprenait 22 mesures, dévoilé en novembre dernier par le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles. Dans le cadre ces états généraux, une commission spécifiquement dédiée aux violences sexuelles sera mise en place, a annoncé ce week-end, Adrien Taquet dans les colonnes du Journal du Dimanche. Ce dispositif, dont le fonctionnement et le pouvoir doivent encore être précisés, sera notamment composé de médecins, de psychologues, de magistrats et de sociologues. Le secrétaire d’État attend notamment de cette commission qu’il lève définitivement le voile sur l’inceste. S’il se félicite que ces dernières années aient permis une véritable libération de la parole dans de nombreux secteurs, il remarque en effet que la famille demeure encore trop souvent épargnée par l’éclatement de la vérité. « Notre modèle est la commission Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Église. Cette nouvelle instance indépendante sera centrée pour l'essentiel sur le cercle familial, qui concentre 80 % des violences, et doit d'abord nous permettre de mieux connaître le phénomène. L'inceste est le dernier des tabous. La seule étude d'ampleur, réalisée aux États-Unis, a estimé que 6% de la population américaine en avaient été victimes. Transposé à la France, cela correspondrait à 4 millions de personnes » remarque ainsi le ministre. Sans doute, vis-à-vis du milieu médical, la question de la formation au repérage devra être prioritairement abordée.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Tabou or not tabou

    Le 07 août 2020

    Vous évoquez le tabou de voir l'inceste quand il a eu lieu. Le tabou de l'inceste est justement l'interdit formel qui nous en protégerait. A ne pas éliminer donc, quoique, au rythme où evoluent les choses, on finisse par trouver ça plutôt recommandable, qui sait ?

    Dr Gilles Bouquerel

  • Et voui :((

    Le 09 août 2020

    hihi
    Dr bouquerel effectivement .:) .l'article parle du tabou (on n'en parle pas,on nie sa fréquence) de la transgression du "tabou de l'inceste" ...les mots ayant un sens.
    Combien d'enfants violentés ont été taxés d'avoir "fantasmé" ,quand ils osaient parler, dans le "cadre œdipien" aussi ? ..avec pour conséquences de les faire taire pendant des décennies ensuite.
    Comment considérer aussi les délais de prescription qui laissent les victimes seules,sans reconnaissance, avec leur traumatisme.
    Vaste sujet.

    Simone Milesi

Réagir à cet article