Vaccination contre la grippe : « c’est la cata » !

Paris, le mercredi 23 novembre 2022 – Les deux principaux syndicats de pharmaciens, l’USPO et la FSPF, alertent sur le manque d’engouement pour la vaccination contre la grippe saisonnière.

Après deux années placées sous le signe de la vaccination, où les Français ont reçu trois, quatre parfois cinq doses de vaccins contre la Covid-19, ces derniers semblent pris d’une fatigue vaccinale. Un mois après le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière le 18 octobre dernier, les premiers chiffres ne sont en effet pas très encourageants.

Seulement 7 millions de personnes ont été vaccinées en date du 18 novembre, soit 18,3 % de moins que l’an dernier au même moment de la campagne vaccinale. Une baisse d’autant plus inquiétante que la vaccination antigrippale était, jusqu’au 15 novembre, réservée au public cible (sujets âgés de plus de 65 ans, femmes enceintes, personnes souffrant de comorbidités, professionnels de santé). C’est donc essentiellement chez les personnes à risque que la couverture vaccinale est en recul.

La FSPS demande une campagne de communication pour la vaccination


Pour la Fédération des Syndicats pharmaceutiques français (FSPF), la situation est préoccupante. « C’est un peu la cata cette année » confirme son président Philippe Besset, qui sent bien qu’une « fatigue vaccinale envers la vaccination, même chez ceux pour qui c’est nécessaire » s’est installée chez les Français. Pour lui, il est indispensable que les autorités mettent en place rapidement une « campagne de communication importante » sans quoi il sera « très difficile de rattraper ce retard ».

Même son de cloche du côté de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) qui, dans un communiqué paru ce vendredi, s’alarme d’une « couverture vaccinale particulièrement inquiétante » et appelle « les pharmaciens à être proactifs, à demander à leurs patients s’ils sont vaccinés contre la grippe et les inciter à se mettre à jour ».

La situation est d’autant plus préoccupante que plusieurs indicateurs laissent déjà présager d’une épidémie plus intense et plus précoce qu’à l’accoutumée, après deux hivers où la circulation du virus a été ralentie par les mesures sanitaires anti-Covid. L’hémisphère sud a ainsi connu une épidémie relativement intense durant l’été austral et dans l’hémisphère nord, les Etats-Unis et le Canada connaissent déjà une forte épidémie.

Début d’une 9ème vague de contaminations à la Covid-19


En France, le dernier bulletin hebdomadaire de Santé Publique France (SPF) publié mercredi dernier fait état d’indicateurs à la hausse, la Bretagne étant d’ores et déjà en phase pré-épidémique. « Les indicateurs d’arrivée de la grippe ont commencé à s’allumer » a commenté le ministre de la Santé François Braun ce dimanche. « Cela laisse présager une épidémie de grippe particulièrement intense en France métropolitaine » s’inquiète l’USPO, qui rappelle que la grippe provoque « entre 10 000 et 15 000 décès chaque année ».

La crainte des épidémiologistes est désormais la survenue cet hiver d’une double épidémie de grippe et de Covid-19 (sans compter celle de bronchiolite, également plus intense que d’habitude). Après plusieurs semaines de baisse, les contaminations quotidiennes par le Sars-CoV-2 repartent à la hausse, amorçant le début d’une 9ème vague épidémique.

Grégoire Griffard

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Question

    Le 24 novembre 2022

    Les épidémiologistes sont-ils des gens anxieux par nature où sont-ils des surfeurs refoulés qui rêvent de vagues en permanence ?

    Dr V Bentolila

  • Double vague impossible

    Le 25 novembre 2022

    Par nature ces deux virus étant sensibles aux IgA spécifiques de nos narines il est impossible qu’une double épidémie ait lieu. Chaque virus écrasant l’épidémie de l’autre et ceci est vrai pour le rhinovirus comme pour le VRS, même s’il existe des chevauchements chaque vague éteint l’autre. Il n’est pas interdit de regarder les données des années précédentes.
    Ainsi peut être serait-il souhaitable de développer une infection de virus anodin mais sécréteurs d’IgA efficaces contre le prochain virus un peu plus mortel dont l’humanité risque bien d'extraire à nouveau des forêts qu’elle défriche trop vite !

    Dr F Roche

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.