Variole du singe : cinq cas en France, bientôt la vaccination ?

Paris, le mercredi 25 mai 2022 – Alors que cinq cas de variole du singe ont été confirmés en France, la HAS recommande de vacciner les cas contacts.

L’épidémie de variole du singe continue de progresser à travers le monde, suscitant inquiétude et interrogation. Selon le dernier bilan de Santé Publique France (SPF) publié ce mardi, cinq cas ont été confirmés en France : trois en Ile-de-France, un en Occitanie et un en Auvergne-Rhône-Alpes. Aucun des patients n’avait voyagé récemment en Afrique, ce qui laisse supposer une contamination interhumaine en Europe.

Le mystère de la propagation chez les homosexuels

Au total, 124 cas ont été confirmés en Europe, dont 57 au Royaume-Uni et 30 en Espagne, les deux pays les plus touchés. Des cas de variole du singe ont également été détectés en Australie et aux Etats-Unis, le président Joe Biden qualifiant la situation d’« inquiétante ». Aucun décès ou cas grave n’a pour le moment était déploré mais il est recommandé aux personnes contaminées de s’isoler pendant trois semaines.

Ce vendredi, le gouvernement belge a pris un décret pour rendre cet isolement obligatoire.

Si SPF n’a pas donné de précision s’agissant des cas français, on sait que la majorité des personnes contaminées dans le monde sont des hommes homosexuels, sans que l’on ait pu déterminer avec certitude si la variole du singe est bien une maladie sexuellement transmissible. Cependant on sait déjà que plusieurs personnes contaminées à travers l’Europe s’étaient rendues à un festival homosexuel aux Canaries, tandis que les autorités espagnoles ont détecté un foyer de contamination dans un sauna gay à Madrid.

D’autres zones d’ombre demeurent sur les modes de transmission de la maladie, comme par exemple une éventuelle contamination par transfusion sanguine (on rappelle que les hommes homosexuels français ont récemment été autorisés à donner leur sang sans condition particulière). On attend donc la position de l’Etablissement Français du Sang sur ce point.

Vacciner oui, mais avec quel vaccin ?

Face à la propagation de la maladie, la Haute Autorité de Santé (HAS) a recommandé ce vendredi d’adopter une « stratégie vaccinal réactive » aussi appelé « vaccination en anneau ». Elle préconise ainsi de vacciner les cas contacts, y compris les professionnels de santé, de préférence dans les 4 jours après le contact et au maximum 14 jours après, avec deux doses de vaccin (trois pour les immunodéprimés).

Aucun vaccin n’ayant été développé spécifiquement contre la variole du singe, c’est bien le vaccin contre la variole « classique » qui sera administré aux cas contacts. Les deux virus présentent des similitudes (ce sont tous les deux des orthopoxvirus) et on estime que le vaccin contre la variole est efficace à 85 % contre son cousin « simiesque ».

Cependant, la HAS recommande ne pas utiliser les vaccins antivarioliques de 1ère et de 2ème génération, qui ont été administrés aux Français jusqu’en 1979, car ils présentent trop d’effet secondaire (peut-être nos lecteurs les plus âgés s’en souviennent !). A la place, la HAS demande d’utiliser un vaccin de 3ème génération, Imvanex, en raison de son « mode d’administration et d’un profil de sécurité beaucoup plus favorable ».

Développé par le laboratoire danois Bavarian Nordic, ce vaccin antivariolique a obtenu l’AMM contre la variole dans l’Union Européenne et aux Etats-Unis en 2013. Il est élaboré à partir d’une forme atténuée du virus de la vaccine (ou variole de la vache), les vaccins à base de vaccine ayant prouvé leur efficacité contre la variole depuis plus de deux siècles. Problème : ce nouveau vaccin ayant été développé plus de 30 ans après l’éradication de la variole, son efficacité contre la maladie n’a jamais pu être évaluée chez l’homme.

Aux Etats-Unis, qui possèdent 100 millions de doses de vaccin de deuxième génération, on s’interroge encore sur la marche à suivre. « A cause d’effets secondaires potentiellement significatifs, l’utilisation [de ce vaccin] à grande échelle nécessiterait une vraie discussion » a déclaré le CDC. En Espagne, le choix est fait : le gouvernement vient de commander des milliers de doses du vaccin Imvanex auprès du laboratoire Bavarian Nordic.

Quentin Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Vacciner les contacts?

    Le 26 mai 2022

    Merci de corriger : la vaccination antivariolique en France a été obligatoire jusqu'en 1984 alors que la maladie a été déclarée éradiquée par l'OMS en 1979

    À propos du danger de la vaccination "en anneaux" (des contacts) lire ces 3 articles documentés
    https://www.aimsib.org/2020/05/10/eradication-de-la-variole-la-desastreuse-vaccination-des-sujets-contacts/

    https://www.aimsib.org/2019/12/22/eradication-de-la-variole-les-grandes-manoeuvres-ont-commence/

    https://www.aimsib.org/2020/09/06/vaccinez-les-tous-confinez-les-ensemble-le-triste-exemple-de-1974/

    Hélène Banoun, pharmacien biologiste, membre du Conseil Scientifique Indépendant

  • Vaccin Imvanex.

    Le 26 mai 2022

    Je ne connais pas ce vaccin et ne suis probablement pas le seul ! Mais si, effectivement, on envisage de l'utiliser largement il faut espérer qu'il est dépourvu des inconvénients considérables du vaccin historique.
    Pour rappel son utilisation :
    - chez des adultes naïfs de cette vaccination est responsable d'encéphalites,
    - provoque une pustule extrêmement contagieuse avec risque de dissémination,
    - la contamination accidentelle de l’œil entraine une pustule cornéenne nécessitant une greffe de cornée.
    Il faut donc des soins très attentifs de la pustule avec pansements occlusifs jusqu'à sa décrustation et des problèmes pour douches et bains.

    On peut supposer Imavex très différent puisque nécessitant 2 injections (cf. texte) ce qui n'est évidemment pas le cas pour celui de Jenner... mais sera-t-il protecteur ? Si il l'est contre la variole (ce que nul ne sait), probablement puisque l'immunité croisée entre les différents pox virus est très large.
    Mais faut-il prendre un risque vaccinal (en particulier pour soignants et entourage) pour une maladie qui, à ce jour, reste bénigne ?

    Dr. Yves Gille

  • Vertigo

    Le 31 mai 2022

    Au 30/5/2021, 17 cas confirmés de Monkeypox (Variole simienne : plus anxiogêne) ont été rapportés en France (SPF) : 1ier cas 19/5/2022 . Pas de décés.
    Les aspects cliniques de diagnostic différentiel (Varicelle …) méritent d’être rappelés :
    « Phase d'éruption cutanée en UNE SEULE poussée : macules, puis papules, vésicules, pustules puis croûtes »
    https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2022/cas-de-monkeypox-point-de-situation-au-30-mai-2022

    Je pense être tout aussi indépendant que le Conseil Scientifique auto-proclamé et sa Bienveillance (sic) et Indépendance (sic) affichée.

    Un constat issu de la pandémie SARS-CoV-2/3 en cours : Le mélange de la politique ou de l’idéologie et de la Science ont conduit à des catastrophes entretenues par l’entêtement et le déni : USA – Brésil - Chine – Russie – Corée du Nord , nez à nez et dos à dos.
    On ne peut que craindre la (ré)-activation des idéologues et de leurs fidèles : quelle opportunité !

    Loin des blogs et blogeurs évoqués par le Dr H Banoun, des effets « Buchenwald » mais aussi « Duning-Kruger », de l’entre-soi, des Trolls alternatifs, je me permet de m’appuyer sur 3 références plus conventionnelles :

    1- Rumeur : "l'efficacité curative de la doxycycline », qui n'est pas sans rappeler le Barnum HCQ - AZT.
    • Le support supposé : un case-report israélien*, non lu par ceux qui le citent.
    • Les faits : Dans cette publication l'utilisation initiale de la doxycycline s'appuyait sur un dg initial erroné de"rickettsiose" vite corrigé (J3) devant l'aggravation sous traitement
    Le seul traitement curatif potentiel à ce jour reste ainsi le técovirimat (TPOXX®) :
    Son utilisation Per Os a été autorisé par l'EMA cette année (>13kg). L'EMA en précise le mode d'action, les rares indications éventuelles, la tolérance. Elle rappelle aussi le PEU de données humaines sur cinétique et bénéfice (préventif post exposition ou curatif)
    https://www.ema.europa.eu/en/documents/overview/tecovirimat-siga-epar-medicine-overview_fr.pdf
    Une utilisation intra-veineuse vient d'être validée par la FDA

    2- PAS de pharmacopée prophylactique active en post exposition. Cette lacune ouvre le champ à deux vaccins (vivants atténués antivarioliques- souche de la vaccine Ankara) pour la vaccination en anneaux des cas contacts et professionnels EXPOSES** :
    • IMVANEX : autorisation UE pour l’immunisation active contre la variole (2013)
    • JYNNEOS : autorisation US > 18ans pour l’immunisation active contre la variole du singe (2021)
    Leur efficacité vis à vis de la variole du singe ("85%") sera peut-être à revisiter à la baisse.
    La plus grande vulnérabilité des non vaccinés historiques, nés après 1979, est en tout cas probable.

    3- La publication des 07premiers cas "historiques" (2018 - 2021) anglais* :
    • Pas de vaccinés - 3/7 autochtones alors
    • Bénéfice du técovirimat pour traiter le dernier patient (2021)
    • Problêmatique : La charge virale respiratoire active est présente au-delà des 3 semaines et de la disparition des lésions cutanées, le técovirimat (1cas ...) la diminue.
    • PAS de décès
    Les différences cliniques et épidémiologiques actuellement constatée posent la question de mutation(s) sur un génome ADN et long, séquencé en France depuis …le 18/5 (Lyon)

    L'actualité sanitaire acutisera des recherches anticipées face à l’hypothèque bio-terroriste et donc peu publiées : Nous ne partons pas de « Rien » contrairement à 2020.

    * Erez N et coll . Diagnosis of Imported Monkeypox, Israel, 2018. Emerg Infect Dis. 2019 May;25(5):980-983
    **Arrêté du 25 mai 2022 autorisant l’utilisation de vaccins dans le cadre de la prise en charge des personnes contacts à risque d’une personne contaminée par le virus Monkeypox
    https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000045830824?datePubli=
    ***Adler H et coll. Clinical features and management of human monkeypox: a retrospective observational study in the UK. Lancet Infect Dis. 2022 May 24:S1473-3099(22)00228-6

    Dr JP Bonnet

Réagir à cet article