Des travaux sur les maladies à caractère professionnel

Les maladies à caractère professionnel (MCP) sont à déclaration obligatoire mais les signalements sont rares. L’Institut de veille sanitaire (InVS) et l’Inspection médicale du travail (IMT) ont mis en place un programme de surveillance des MCP basé sur un réseau de médecins du travail (MT) volontaires. Chaque MT signale toute MCP vue pendant deux semaines chaque semestre. Des données sociodémographiques sont recueillies afin de calculer les taux de prévalence des MCP selon le sexe, l’âge, la catégorie sociale et le secteur d’activité. La participation des MT diminue de 2008 à 2011 (33 % à 19 %). Le signalement des MCP est stable sur cette période chez les hommes (autour de 5 %) mais augmente chez les femmes (6,2 % à 6,9 %). À l’exception des troubles auditifs, les taux de prévalence sont plus élevés chez les femmes. Ils augmentent avec l’âge jusqu’à 45-54 ans. Le taux de prévalence des troubles musculo-squelettiques (TMS) varie entre 2006 et 2011 chez les hommes (2,6 % à 3,1 %) quand il est stable chez les femmes (autour de 3,5 %). Celui de la souffrance psychique augmente de 2006 à 2011 chez les hommes (0,9 % à 1,3 %) comme chez les femmes (1,6 % à 2,6 %). Un gradient social est observé pour les TMS quand il est inversé pour la souffrance psychique. L’industrie et l’agriculture sont les secteurs les plus concernés par les TMS. En ajusté, le secteur d’activité a une moindre importance dans la survenue d’une souffrance psychique que l’âge et la catég

Voir : http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Travail-et-sante/2014/Programme-de-surveillance-des-maladies-a-caractere-professionnel-MCP-en-France

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article