Sur la piste d’un gène impliqué dans la schizophrénie

La schizophrénie affecte environ 1 % de la population mondiale ce qui la place en 9e position dans la liste des maladies affectant le plus la santé globale. Les constatations faites au travers des études de jumeaux et de familles suggèrent l’implication de multiples gènes. L’héritabilité élevée de la maladie laisse penser que la génétique joue un rôle majeur dans son étiologie.

Le gène NOTCH4 (Neurogenic locus notch homolog 4) situé sur le chromosome 6 a été identifié comme intervenant dans le risque de schizophrénie dans diverses études selon un mécanisme non connu. Cependant la protéine Notch4[1] (protéine codée par le gène NOTCH4) régule les voies de signalisation associées à la maturation neuronale, un processus « impliqué dans le développement et la structuration du système nerveux central » (et donc aussi dans ses dysfonctionnements, à l’origine possible d’une psychopathologie).

Implication de SNPs de NOTCH4

Une étude réalisée à l’Université de Jammu (au Nord de l’Inde) a tenté d’évaluer l’association de différents SNPs (single nucleotide polymorphisms) du gène NOTCH4 avec le risque de schizophrénie et en particulier rs2071287 et rs3131296, identifiés comme les plus significatifs dans les populations japonaises et européeennes respectivement.

Concernant 207 patients ayant fait l’objet d’un diagnostic de schizophrénie et 304 sujets-témoins (originaires de cette région du Nord de l’Inde), cette recherche confirme l’implication d’une variante du gène NOTCH4 (le génotype GG de rs2071287) comme facteur de susceptibilité à la schizophrénie, puisqu’elle se révèle en effet  significativement associée à la schizophrénie, avec un risque presque deux fois plus élevé : Odds ratio OR = 1,71 ; intervalle de confiance à 95 % [1,31–2,24] ; p = 6,45.10-5.

Cette étude ne portant que sur un nombre relativement faible de sujets, et de surcroît tous originaires d’une même région géographique, les auteurs estiment que le rôle potentiel de cette variante comme biomarqueur d’une schizophrénie doit être confirmé, ce qui implique de réaliser également des analyses d’association dans d’autres populations. 

[1] https://en.wikipedia.org/wiki/Notch_4

Dr Alain Cohen

Référence
Priya I et coll.: Genetic evidence for association of NOTCH4 variant rs2071287 with schizophrenia susceptibility in the North Indian population. Indian J Psychiatry 2022; 64(6): 567-571.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article