Obésité : l’empathie du praticien au centre d’une prise en charge globale

Interview du Dr Nina Cohen-Koubi, médecin nutritionniste, Paris

Ces dernières années a été beaucoup commenté et discuté le rôle de « l’empathie » dans les relations médecins/malades avec une confrontation entre des points de vue antérieurs invitant à ne pas trop sur investir cette notion et des évolutions notables dans la perception actuelle. La prise en charge de l’obésité fait partie des pathologies pour lesquelles cette question de l’empathie a probablement une influence décisive. Dans cette interview, le Dr Cohen Koubi, médecin nutritionniste à Paris explique comment elle utilise cette arme dans sa prise en charge des patients atteints d’obésité.
Réagir

Vos réactions (2)

  • Empathie & manipulation

    Le 31 octobre 2022

    12 ans plus tard* , est t'il possible de ne pas mettre l'empathie à toute les sauces ?
    Il peut paraitre indécent de rappeler qu'elle peut être à double tranchant. C'est aussi parfois un outil de manipulation, d'abus de faiblesse et de discours mercantiles.
    *Serge Tisseron. L’empathie au cœur du jeu social (Albin Michel, 2010)

    Dr JP Bonnet

  • Gras politique

    Le 02 novembre 2022

    Je découvre après mon commentaire ringard, à contre–courant , le papier de Nora Bussigny*.
    « Gras politique »** est une association féministe (NDLR : et Queer) de lutte contre la grossophobie.
    Les compétences médicales semblent devenir accessoires en regard de priorités importées « éveillées » : bienveillance à tous vents, adaptation aux micro-particularismes.
    On y note deux cartes–annuaires référençant moultes médecins. Sur la base de témoignages anonymes, il nous faut distinguer, de manière paradoxalement très « binaire » avec quelques anglicismes branchouilles :
    • La « carte safe qui recense des soignant·e·s considéré·e·s comme safe et favorisant l’accès des soins sans grossophobie médicale »
    • La « carte non safe qui recense des soignant·e·s considéré·e·s comme non safe sur la base de témoignages de grossophobie médicale ». Ils sont prévenus : « soignant.es, vous êtes sur cette liste car vos usager.e.s ont rapporté des comportements, des actes ou des maltraitances grossophobes. »
    Peu de doute que le Dr Cohen-Koubi est une gentille « safe » et que je suis un méchant « non safe ». Fort heureusement je n’ai aucune compétence en nutrition mais un vague sens (chirurgical certes) de la bienveillance voire de l’empathie.
    La prise en charge de l’obésité n’a bien entendu pas le monopole de ces annuaires/bouches à oreilles sociétaux, ethniques, genrés etc : communautaires et claniques. Reste à y opposer un changement de paradigme : la demande de la majorité doit maintenant s’adapter à la paucité et concentration urbaine de l’Offre.
    * Marianne 31/10/2022* : « Liste de médecins "sûrs" ou "problématiques" : quand les problèmes d'ego passent avant la santé » https://www.marianne.net/societe/sante/liste-de-medecins-surs-ou-problematiques-quand-les-problemes-dego-passent-avant-la-sante
    **https://graspolitique.fr/

    Dr JP Bonnet

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.