Efficacité de la thérapie cognitive et comportementale dans la fibromyalgie

La fréquence de la fibromyalgie est estimée à environ 2 % de la population. Son évolution est chronique et son traitement difficile. La physiopathologie retenue est un dérèglement du seuil de perception de la douleur. Des stimulations normalement non douloureuses, le deviennent, et entraînent un état polyalgique diffus. C’est une sensibilisation centrale qui serait à l’origine de l’abaissement du seuil de perception de la douleur. Malgré ces données, les traitements pharmacologiques sont souvent insuffisants, laissant la place à des approches non médicamenteuses. Certaines études suggèrent l’efficacité potentielle des thérapies cognitives et comportementales (TCC) mais sans pourvoir préciser les mécanismes d’action.

Les auteurs ont donc chercher à évaluer, chez 17 sujets souffrant d’une fibromyalgie primitive l’effet d’une TCC sur le seuil de perception de la douleur, évaluée sur un critère objectif (réflexe nociceptif de retrait du membre inférieur). Quinze patients atteints de fibromyalgie non traitée ont servi de témoins. Les sujets des 2 groupes devaient avoir un traitement médicamenteux stable. Notons que le critère principal était mesuré par l’application d’un courant électrique sur le muscle sural, ce qui est douloureux et a abouti à l’abandon de un sujet dans chaque groupe.

A 12 semaines, le groupe traité par TCC avaient une amélioration objective du seuil de perception de la douleur (p=0,002). Sur les autres composantes cliniques de la maladie (qualité du sommeil, douleurs, anxiété, dérouillage matinal, dépression) évalués par plusieurs scores validés, aucune différence statistiquement significative n’était observée entre les groupes avec et sans TCC.

Au total, c’est la première étude qui démontre un effet objectif d’une thérapie non médicamenteuse, en l’occurrence psychothérapeutique, sur la transmission de la douleur, probablement par un renforcement des contrôles inhibiteurs centraux sur la moelle. L’absence d’effet sur les autres paramètres cliniques est logique eu égard à la faiblesse de l’effectif (il aurait fallu au moins 90 patients pour espérer atteindre le seuil de significativité statistique). De plus, les études antérieures démontrant un effet des TCC étaient menées sur des durées plus longues de 3 à 6 mois.

Dr Laurent Laloux

Référence
Ang DC et coll. : Cognitive-behavioral therapy attenuates nociceptive responding in patients with fibromyalgia : a pilot study. Arthritis and rheumatism (Arthritis Care & Research). 2010; 62 : 618-623

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article