DES CARDIOMYOCYTES DOPES

A une époque où l'on parle beaucoup de dopage, une équipe américaine publie une étude intéressante sur I'influence des androgènes sur le myocarde. Il est classique de noter une différence de masse cardiaque au bénéfice du sexe masculin dans différentes espèces, dont l'homme. D'autres différences, électrophysiologiques notamment, peuvent être relevées. Les auteurs ont donc eu l'idée d'étudier la présence de récepteurs androgéniques au niveau des myocytes et l'effet trophique direct des androgènes sur ces cellules. J. D. Marsh et coll. ont démontré de façon non équivoque la présence de récepteurs androgéniques dans les cellules myocardiques des 2 sexes dans différentes espèces de mammifères et leur caractère fonctionnel, permettant d'influer sur le phénotype cardiaque. Cette étude fournit une explication plausible au fait que la masse cardiaque soit plus importante chez les mâles que chez les femelles dans une même espèce, par delà tous les autres facteurs confondants possibles. Elle permet également de suspecter une réaction hypertrophique potentiellement délétère chez les sujets utilisant des androgènes pour obtenir une hypertrophie musculaire, comme c'est le cas chez les sportifs, fournissant ainsi un substratum scientifique aux accidents parfois rapportés. Enfin, ceci explique la réduction de survenue des torsades de pointes après la puberté chez le garçon, l'action des androgènes sur le phénotype myocardique pouvant modifier la repolarisation dans un sens protecteur. Marsh J. D. et coll. : «Androgen receptors mediate hypertrophy in cardiac myocytes». Circulation, 1998 ; 98 : 256-261.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article