Diabète : moins de douleur pour une meilleure surveillance

Paris, le mardi 15 novembre 2005 - La recherche de procédés destinés à améliorer l'auto surveillance des patients diabétiques a fait l'objet de nombreuses innovations ces dernières années. Un outil particulièrement intéressant avait notamment suscité l'attention de tous les spécialistes de la maladie et de nombreux patients : apparue aux Etats-Unis, la Glucowatch (Automatic Glucose Biographer) avait ouvert l'ère d'une auto surveillance moins douloureuse, moins contraignante et plus fiable.

Si la lassitude s'installe chez les diabétiques, ce n'est pas uniquement le sentiment d'un manque de liberté qui les pousse à abandonner leur vigilance quotidienne. La douleur et la perte progressive de sensation au bout des doigts est également souvent difficile à supporter, notamment chez les enfants. Plusieurs enquêtes ont révélé que lorsque les patients peuvent prélever la goutte de sang nécessaire au contrôle de la glycémie à un autre endroit que le bout des doigts, ils se révélaient non seulement plus satisfaits mais également plus assidus à long terme.

Le FreeStyle Papillon mini des laboratoires Abbott est un outil qui offre une mesure fiable de la glycémie sur une micro goutte de sang. En effet, l'objet présente l'avantage de ne prélever par aspiration qu'une goutte de sang de 0,3 microl, tandis que le prélèvement des autres lecteurs varie entre 1 à 10 microl. Cette mesure fiable sur une simple goutte de sang autorise la ponction sur d'autres endroits du corps moins innervés, ce qui permet de limiter la douleur. Ces « sites alternatifs » selon l'expression désormais consacrée sont en général la base du pouce, mais aussi, l'avant-bras, le bras ou encore la cuisse.

Déjà testée chez des adultes, la fiabilité de FreeStyle Papillon mini vient d'être évaluée chez des enfants, grâce à une étude menée par l'équipe de diabétologie pédiatrique de l'hôpital Robert Debré auprès de 28 enfants, dont l'âge moyen était de 11 ans et qui souffraient de diabète depuis 4 ans en moyenne. Pendant une première semaine, les jeunes sujets ont réalisé quatre fois par jour des mesures de leur glycémie au doigt et sur la base du pouce, puis pendant encore une semaine au doigt et à l'avant bras. Les résultats obtenus après piqûre du pouce et du doigt se sont révélés tout à fait comparables. De même, sauf en situation d'hypoglycémie, « la pertinence clinique (...) s'est révélée excellente entre le doigt et l'avant bras », précisent les laboratoires Abbott. En outre, il est apparu que les enfants étaient très largement satisfaits de pouvoir se piquer sur un site alternatif : 75 % ont estimé que cette possibilité était un véritable progrès. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

L.C.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article