Inegy : la solution deux en un contre le LDL cholestérol

Paris, le vendredi 17 février 2006 - Depuis désormais près d'un an, l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) a revu ses recommandations en matière de prise en charge des patients dyslipidémiques. L'objectif biologique à atteindre pour les patients à haut risque cardiovasculaire (malades en prévention secondaire, diabétiques de type 2 à haut risque, sujets ayant une probabilité de survenue d'un événement coronaire dans les 10 ans supérieure à 20 %) est un niveau de LDL cholestérol inférieur à 1g/l, à l'instar de ce qui prévaut aux Etats-Unis et dans le reste de l'Europe.

Pour parvenir à respecter cet objectif, les Français et leurs praticiens bénéficient depuis déjà début 2005 de l'ézétimibe, commercialisé sous le nom d'Ezetrol par les laboratoires MSD et Schering-Plough. Premier inhibteur sélectif de l'absorption intestinale du cholestérol, l'ézétimibe permet en effet d'obtenir une baisse du LDL-C d'environ 20 % chez les patients dyslipidémiques, notamment lorsqu'il est prescrit en association avec une statine (inhibiteur de la synthèse hépatique du cholestérol).

En effet, bien que les statines constituent toujours le traitement de référence de l'hypercholestérolémie, les résultats des grandes études d'observation conduites en Europe et aux Etats-Unis suggèrent qu'elles ne permettent pas toujours, loin s'en faut, d'atteindre les objectifs recommandés.

En cas d'efficacité insuffisante d'une statine à sa dose initiale, le praticien a donc le choix entre 3 options : doubler la dose de cette statine, mais chaque doublement de posologie effectué ne permet généralement de réduire en moyenne que de 6 % supplémentaires le taux de LDL-cholestérol tout en augmentant le risque d'effets secondaires de type musculaires, changer pour une statine plus puissante lorsque cela est possible ou associer la statine à de l'ézétimibe comme l'ont montré de très nombreuses études cliniques.

Inegy, désormais commercialisé en France, est une association fixe d'ézétimibe (10 mg) et de simvastatine (20 ou 40 mg) qui permet désormais de traiter ces patients à haut risque par un seul comprimé par jour, ce qui devrait conduire à améliorer l'observance des traitements chez ces patients souvent polymédicamenté et parfois âgés. © Copyright 2006 http://www.jim.fr

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article