Je n'entends que votre coeur qui bat

Paris, le vendredi 31 mars 2006 - « Vous entendez docteur ? », demande mal assurée la voix chevrotante d'une patiente un matin de consultation. Les jours de mélancolie, vous auriez tendance à vouloir répondre un brin excédé : « J'entends la porte de chambre 253 qui claque, j'entends les cris de votre voisine de chambre, j'entends les rires des infirmières, j'entends le marteau piqueur du parc d'en face, mais je n'entends pas votre coeur qui bat ». Bien que les améliorations successives portées aux stéthoscopes traditionnels aient permis d'obtenir une meilleure amplification du son au cours du temps, la nuisance que représentent les bruits extérieurs, qui ne manquent pas dans les hôpitaux, constituent toujours une entrave importante à la bonne appréciation des sons cardiaques et pulmonaires des patients. Un appareil électronique pourrait être la solution. Certains médecins, particulièrement attachés au gage de sérieux lié au port du stéthoscope auprès des patients, se montreront peut-être réticents à l'idée de l'introduction de l'électronique. Pourtant, cette entrée dans l'ère moderne ne signifie en rien l'abandon de la silhouette traditionnelle du stéthoscope mais bien plutôt sa sophistication et par la même la garantie de le voir figurer pendant encore longtemps parmi les instruments essentiels en médecine courante.

Le stéthoscope électronique 3M Littmann E3000 offrira aux oreilles des médecins une acuité inégalée ; celle d'un véritable chef d'orchestre. Non seulement l'appareil offre une amplification dix huit fois supérieures à celle des meilleurs stéthoscopes acoustiques disponibles aujourd'hui, mais surtout il permet de réduire de 75 % le bruit d'une pièce, soit environ 12 décibels. Chargés d'ausculter plusieurs patients dans une salle où l'intensité sonore était comprise entre 70 et 75 décibels, une centaine de cardiologues ont confirmé que le stéthoscope 3M Littmann offrait une « fréquence de détection d'un souffle d'insuffisance aortique de grade II (...) cinq fois supérieure à celle des stéthoscopes acoustiques classiques ». Concernant la détection des bruits pulmonaires anormaux, elle s'est révélée également facilitée : sa fréquence étant deux fois supérieure. Dans un environnement sonore survolté, tel celui d'un stade de football dans un pays d'Amérique du Sud, le stéthoscope 3M Littmann a également fait ses preuves. Le témoignage du médecin de l'équipe de football du lycée d'Aztec est à ce titre édifiant. Grâce à cet appareil, il est en effet parvenu, derrière le cri des supporters et les supplications des chefs d'équipe, à reconnaître les bruits caractéristiques d'une dégradation partielle du poumon d'un des joueurs. « Je pouvais très clairement détacher les sons pulmonaires de ceux de la foule. J'ai entendu une insuffisance respiratoire du joueur et l'ai directement envoyé aux urgences ». Sans doute, un stéthoscope classique aurait prolongé la sélection du footballeur au-delà de ses capacités pulmonaires...

Les danois auront entendu combien cette nouvelle musique était importante et ont récompensé l'appareil du prix Innovations & Design 2005. Le stéthoscope électronique 3M Littmann E3000 a été mis au point en partenariat avec Bang & Olufsen Medicom. © Copyright 2006 http://www.jim.fr

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article