Le test Argene des laboratoires bioMérieux désormais utilisable sur les échantillons salivaires et oropharyngés

Paris, le jeudi 26 novembre 2020 – Le prélèvement nasopharyngé pour la réalisation d’une recherche du virus SARS-CoV-2 par RT-PCR demeure aujourd’hui largement majoritaire. Cependant, ce mode de prélèvement peut constituer un frein au dépistage, pour certains publics en particulier. Aussi, dans un avis rendu le 18 septembre, la Haute autorité de Santé s’est déclarée favorable au recours aux tests virologiques sur prélèvement salivaire et à leur prise en charge, compte tenu de « leur meilleure acceptabilité », en recommandant de les réserver « de préférence » aux « personnes symptomatiques pour lesquelles le prélèvement nasopharyngé est difficile voire impossible ».

Dans ce cadre, afin de diversifier les outils à la disposition des équipes de biologique médicale et alors que les tests Argene des laboratoires bioMérieux se caractérisent par leur facilité d’utilisation, (puisqu’il s’agit de tests ouverts et pouvant donc être employés « sur la plupart des plateformes d’extraction et d’amplification »), bioMérieux annonce l’extension du marquage CE de son test SARS-CoV-2 R-GENE. Désormais, il couvre les trois types de prélèvement : nasopharyngé, salivaire et oropharyngé. « Cette extension contribue à faciliter les flux de travail des laboratoires », relèvent les laboratoires bioMérieux. Toujours dans cette perspective, ces derniers proposeront bientôt un « test haut débit pour la détection simultanée (multiplex) des virus de la grippe A et B et du SARS-CoV-2, incluant un contrôle cellulaire pour vérifier la qualité du prélèvement ». Ce type d’outil répond également à des recommandations récentes de la HAS pour une surveillance optimisée de la circulation des virus hivernaux et une meilleure prise en charge des patients.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Enfin des tests salivaires

    Le 18 décembre 2020

    Je pense que nous sommes très nombreux à souhaiter la possibilité de faire enfin des tests salivaires et non plus ces prélèvements nasopharyngés opérateur - dépendants et traumatisants parfois ...espérons ...

    Dr Thierry Leroy

Réagir à cet article