L’oxygénothérapie en 1ère intention pour l’algie vasculaire de la face

L’algie vasculaire de la face (AVF) est une maladie invalidante encore sous-diagnostiquée.

Prestataire de santé à domicile du groupe Air Liquide, Orkyn’ s'associe à l'Association française contre l’algie vasculaire de la face pour faire connaître cette pathologie.

Touchant un adulte sur 1 000, en majorité des hommes, l'AVF est la plus fréquente des céphalées trigémino-autonomiques. Elle se manifeste par des crises de douleurs intenses, unilatérales, à topographie péri-orbitaire (temporale, maxillaire) avec des phénomènes vasculaires locaux (érythème conjonctival, larmoiement et rhinorrhée), durant 15 minutes à 3 heures, accompagnées d'agitation motrice.

La forme épisodique est fréquente ; elle alterne des périodes 2 à 12 semaines de crises et des périodes de rémission de 4 mois à 3 ans (1). Pendant ces périodes de crises, les douleurs surviennent quotidiennement (1 à 8 épisodes/24h), jour et nuit.

La forme est dite chronique si, pendant 1 an, les périodes de rémission sont absentes ou durent moins d'un mois. Les crises de douleurs extrêmes et récurrentes augmentent le risque de dépression, et réduisent fortement la productivité professionnelle ainsi que la qualité de vie des patients.

Or, le diagnostic d'AVF est posé avec un retard de 6 ans en moyenne. Il est d'autant plus difficile à établir que l'AVF peut être précédée ou accompagnée d'un syndrome migraineux et qu'il existe des formes « à bascule » avec changement de côté d'une crise à l'autre. Pour identifier la maladie, il faut bien connaître la classification internationale des céphalées (2).

Classiquement, c'est un neurologue qui établit le diagnostic, prescrit les explorations nécessaires et pose l'indication thérapeutique. C'est d'autant plus important qu'il existe des traitements efficaces pour réduire les crises, en premier lieu le sumatriptan en sous-cutané ou l'oxygénothérapie. L’oxygène normobare au masque à haute concentration pendant 15 à 30 minutes a une AMM pour le traitement de l'AVF ; le débit recommandé est de 12 à 15 L/min (1). La prescription du médecin (neurologue, ORL ou médecin de service « douleur ») et son renouvellement doivent mentionner les forfaits spécifiques de la crise d'AVF 28 et 29. Il n'y a pas de limite à l'utilisation de l'oxygénothérapie, ce qui est intéressant en cas de crises nombreuses. Ce traitement est efficace dans 70 à 80 % des cas dès les premières séances (2). Le patient et son entourage doivent être formés sur les bonnes pratiques de manipulation et les règles de sécurité de l'oxygénothérapie. Ce service peut être réalisé à domicile par Orkyn’, qui assure la livraison à domicile de l'oxygène et du masque adapté. Signalons qu'Orkyn’ intervient aussi en amont, en mettant à disposition des pharmaciens des outils pour le repérage de l’AVF (Orkyn.fr).

Véronique Canac

Références
D'après le communiqué de presse : « Prise en charge des crises de douleur dans l’algie vasculaire de la face. L’oxygénothérapie en première ligne ». Orkyn', 10 octobre 2018.
1. Donnet A. et coll. : Recommandations pour le diagnostic et le traitement de l’algie vasculaire de la face. Revue Neurologique, 2014, 170 (11) : 653-670.
2. The International Classification of Headache Disorders, 3rd edition, Cephalalgia 2018, Vol. 38 (1) 1–211.
3. Cohen AS, Burns B, Goadsby PJ. « High-flow oxygen for treatment of cluster headache : a randomized trial », JAMA 2009, 302 (22) : 2451-7.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article