Qu’est-ce que le vaccin anti-pneumococcique a changé pour les otites ?

L’introduction des vaccins anti-pneumococciques à 7 (PCV7) puis 13 valences (PCV13) est à l’origine d’une nette diminution de l’incidence des otites moyennes aiguës (OMA), en particulier chez les enfants de moins de deux ans, comme en témoigne la baisse du recours au système de soins pour une OMA aux Etats-Unis entre 2001 et 2011. Sur cette même période on a également enregistré une diminution de 18 % de la prescription des antibiotiques chez les enfants et adolescents. Des données britanniques vont dans le même sens et rapportent une baisse de 21,8 % des OMA pendant l’hiver 2006 par rapport aux années précédentes, année de l’introduction du vaccin PCV7.

Fait intéressant, la vaccination semble avoir diminué le risque d’OMA quelle que soit la bactérie en cause. En effet, on a pu observer, en Israël, une diminution globale de 60 % de l’incidence des OMA et il semble (ce qui n’était pas attendu) que l’introduction du PCV13 ait également permis une diminution des OMA qui n’étaient pas liées à ces 13 sérotypes de pneumocoque (après une première phase d’augmentation avant le début de la vaccination). Cela serait dû à la baisse de la formation de biofilms bactériens secondaire aux infections qui favorisent la survenue d’OMA ultérieures (indépendamment de la bactérie). En d’autres termes, moins on fait d’OMA, moins on est susceptible d’en refaire.

Globalement, l’introduction de la vaccination a entraîné une modification de la présentation clinique des OMA qui sont aujourd’hui moins fébriles et moins douloureuses. Les enfants qui ont des OMA actuellement ont davantage de conjonctivites et d’otites récidivantes dans leurs antécédents. Le type de bactéries concernées est bien entendu différent, et H. influenzae est aujourd’hui la bactérie prédominante (souvent associée à une autre bactérie) en cas d’otorrhée avant 3 ans. La bactérie la plus fréquente après 3 ans est le streptocoque du groupe A. On a également observé une baisse de 46 % de la fréquence des OMA à S.pneumoniae et H.influenzae résistant à l’amoxicilline.

Dr William Hayward

Référence
Symposium « Pfizer » : Quels impacts pour les stratégies vaccinales pneumococciques et méningococciques ? 22e Rencontres de pédiatrie pratique, 26 janvier 2018.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article