Sprycel : un nouvel atout dans le traitement des patients atteints de leucémie myéloïde chronique

Paris, le jeudi 15 février 2007 – L’observation des progrès de la médecine n’est pas sans apporter de nombreuses satisfactions, souvent liées à l’engagement de l’industrie pharmaceutique. C’est ainsi que la formidable révolution qui s’est imposée depuis 2001 dans le traitement de la leucémie myéloïde chronique a permis de témoigner du dynamisme de plusieurs laboratoires, totalement investis dans le traitement de maladies pourtant rares. La leucémie myéloïde chronique (LMC) est en effet un cancer qui concerne 5 000 personnes en France avec 6 000 nouveaux diagnostics chaque année.

 

Antidote contre la résistance à l’imatinib

 

La découverte et la mise à disposition de l’imatinib (Glivec) en 2001 a permis de significativement transformer les perspectives d’évolution et le pronostic de cette pathologie. Mis sur le marché en décembre dernier, Sprycel (dasatinib) constitue une seconde étape fondamentale dans cette lutte contre la LMC. La particularité de ce produit des laboratoires Bristol Myers Squibb résiderait dans son mécanisme d’action concentré sur plusieurs voies de signalisation impliquées dans la maladie. Il permettrait en effet tout à la fois d’inhiber la principale voie oncogénique de la LMC (la protéine Bcr-Abl), mais également, selon les résultats des études pré-cliniques, une autre voie oncogénique, la voie SRC-Kinase. Cette action « multicible », confirmée par son efficacité démontrée auprès de 900 patients, représente un espoir de guérison supplémentaire pour les patients atteints de LMC, ayant développé une résistance à l’imatinib.  

 

A.H.

Référence
Communiqué de presse des laboratoires Bristol Myers Squibb, décembre 2006

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article