Un nouveau souffle pour le traitement additionnel de l'asthme allergique persistant sévère mal contrôlé

Huningue, le mardi 29 novembre 2005 - Les restructurations d'entreprise qui s'accompagnent de nombreuses suppressions d'emplois ne manquent pas de susciter la plus vive attention des médias. Certains responsables politiques se plaisent dans ces circonstances à rappeler que, dans l'ombre, des dizaines de postes sont peut-être parallèlement créés par d'autres sociétés et permettent à des personnes en situation difficile de recouvrer un emploi. Dans la région de Huningue en Alsace, quelque 250 personnes et bientôt 300 ont ainsi pu intégrer l'usine flambant neuve des laboratoires Novartis. Alors que le Xolair, autorisé aux Etats-Unis depuis 2003 sera bientôt disponible dans l'Union européenne, les laboratoires Novartis ont en effet décidé de « transférer les technologies de pointe nécessaires des Etats-Unis vers la France », comme l'explique le président de Novartis Pharma France, Eric Cornut.

Cette implantation au coeur de l'Alsace n'est pas seulement une bonne nouvelle pour trois cent salariés hautement qualifiés qui vont exercer leurs talents dans un centre unique en France composé de six bioréacteurs de 13 500 litres chacun, mais également pour tous les patients souffrants d'asthme allergique persistant sévère mal contrôlé en Europe. Parmi les 12 000 décès liés à l'asthme en Europe de l'Ouest, une cause allergique est retrouvée dans 70 à 80 % des cas chez l'adulte et dans 95 % des cas chez l'enfant selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). En outre, l'asthme sévère concerne quelque 10 % des 3,5 millions de patients en France. Offrir à ces patients de nouvelles alternatives thérapeutiques est essentiel et l'arrivée de Xolair (omalizumab) constitue une « véritable avancée » selon l'expression du professeur Marc Humbert de l'Hôpital Antoine-Béclère à Clamart. Jusqu'alors distribué occasionnellement à certains patients en impasse thérapeutique, Xolair pourra dès la mi 2006 être délivré en prescription initiale hospitalière annuelle et renouvelé par les pneumologues et les pédiatres. Il est indiqué chez les patients présentant une réduction de la fonction pulmonaire, des symptômes diurnes ou des réveils nocturnes fréquents et des exacerbations sévères malgré un traitement par corticoïde inhalé à forte dose et bêta-2-agoniste.

Xolair, administré en injections sous cutanées deux à quatre fois par mois, a la particularité de se fixer aux IgE circulant dans le sang et permet ainsi de réduire le nombre d'IgE se fixant sur les cellules inflammatoires. Les quelque 30 essais cliniques réalisés incluant près de 5 500 patients révèlent une diminution des exacerbations et des interventions médicales d'urgence mais également une nette amélioration de la qualité de vie des patients. Le médicament fait d'ailleurs déjà l'objet d'une recommandation par le Global Initiative for Asthma (GINA) depuis cette année. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

A.H.

Conférence de presse des laboratoires Novartis, le 22 novembre 2005

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article