Un traitement qui répond aux attentes de 80 % des patients souffrant de psoriasis

Une enquête récente a montré que, dans notre pays, 94 % des patients souffrant de psoriasis ont des plaques localisées. La majorité des patients ayant un psoriasis sont donc traités par des topiques. Cependant, plus d’un patient sur trois se déclare insatisfait de la réponse thérapeutique apportée. Parallèlement, on sait qu’un très grand nombre d’entre eux n’utilisent pas correctement les traitements qui leur sont prescrits, le plus souvent parce qu’ils les considèrent comme contraignants ou manquant d’efficacité. Et pourtant, celle-ci a été prouvée, notamment en ce qui concerne l’association calcipotriol + bétaméthasone.

Dans ce contexte, les efforts se sont concentrés sur la mise au point d’une nouvelle galénique  permettant une action plus rapide et une plus grande facilité d’utilisation. C’est ainsi que va prochainement être mise sur le  marché une nouvelle formulation de la combinaison calcipotriol + bétaméthasone sous forme de mousse cutanée (Enstilar®). Présentée à l’EADV par le Dr Jean-Luc Perrot (St Etienne) cette nouvelle formulation se caractérise par une sursaturation en produits actifs qui permet ainsi une meilleure absorption et donc une meilleure efficacité. On ne reviendra pas ici sur les prouesses techniques qui ont conduit à éviter la formation de cristaux dans une solution sursaturée. Pratiquement, une fois pulvérisés à la surface de la peau, les solvants s’évaporent et les principes actifs restent intégralement dissous dans la mousse, assurant ainsi une pénétration optimale dans la couche cornée. Les études précliniques ont montré que sous cette forme, il n’y a pas de formation de cristaux durant au moins 26 heures après la pulvérisation et que la pénétration cutanée est nettement et significativement supérieure avec la formulation mousse cutanée qu’avec la pommade.

Seule compagnie pharmaceutique qui investisse encore de manière substantielle dans le traitement topique du psoriasis, Leo Pharma a conduit un vaste programme d’études cliniques dont on peut retenir qu’après 4 semaines de traitement (la durée recommandée), 53,3 % des patients présentent des lésions blanchies ou quasi blanchies. Certains patients bénéficient même d’un quasi-blanchiment dès la première semaine.

L’efficacité de cette formulation s’est également révélée supérieure à celle de la pommade avec 45 % des patients quasi blanchis contre 30,7 % et 14,9 % sous calcipotriol ou betaméthasone seuls dans une première étude de phase II tandis qu’une deuxième étude a montré 54,6 % de blanchiment ou quasi-blanchiment avec la mousse contre 43 % dans le groupe traité par la pommade.

Last but not least, son effet sur le prurit est rapide et soutenu, ce qui contribue à une nette amélioration de la qualité de vie et notamment du sommeil, avec un profil de tolérance comparable au produit de référence.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Perrot JL. Existe-t-il encore un besoin thérapeutique dans le traitement local du psoriasis ? Conférence de presse organisée par les laboratoires Leo Pharma dans le cadre de l’EADV, 15 septembre 2017.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article