Une nouvelle arme contre la douleur

Paris, le mercredi 7 février 2007 – L’amélioration du dépistage et du traitement des douleurs chroniques constitue une priorité forte énoncée par le plan d’amélioration de la prise en charge de la douleur, dont un nouveau volet a été présenté à la fin de l’année 2005. Cet enjeu de santé publique se révèle particulièrement important quand on mesure les difficultés et le sentiment de désarroi qui étreignent professionnels de santé et patients face à des douleurs chroniques résistantes aux antalgiques classiques. Dans cette perspective, les laboratoires Sanofi Aventis ont récemment signé une nouvelle fois leur engagement au cœur des priorités de santé publique en annonçant l’arrivée sur le marché le 29 janvier 2007 de Monoalgic.

 

Libération prolongée

 

La particularité de ce produit, dont le principal principe actif est le chlorhydrate de tramadol, est de proposer une libération prolongée grâce à une nouvelle technologie galénique brevetée. Ce noyau de technologie Contramid offre en effet une dissolution in vitro du chlorhydrate de tramadol en deux phases : d’une part une libération rapide de 25 % du tramadol dans les deux premières heures, puis la libération du produit restant dans les 22 heures suivantes.

 

Qualité de vie

 

Face à la diminution de la qualité de vie des patients atteints de douleurs chroniques sévères, Monoalgic a également le bénéfice de proposer aux patients une posologie simple, puisqu’il se présente sous la forme d’un unique comprimé par jour. Selon l’avis de la commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS), adopté le 19 juillet dernier, Monoalgic doit être réservé au soulagement des douleurs chroniques sévères, c'est-à-dire des douleurs chroniques persistantes et stables au cours des 24 heures. Aussi, bien qu’il puisse être recommandé aux patients souffrant d’arthrose, ces derniers ne présentent pas le profil habituel des sujets pouvant bénéficier de Monoalgic qui sera plus souvent réservé au traitement des lombalgies, des sciatiques ou encore des névralgies cerviobrachiales.

 

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article