Vous pouvez serrer la main de la mariée !

Paris, le vendredi 19 octobre 2007 – Le rapprochement entre le grand homme et cette infection pourrait d’abord surprendre. Pourtant, la lecture de La Rochefoucauld n’est peut-être pas inutile pour comprendre ce que ressentent des milliers de Français atteints d’herpès oro-facial récidivant. Le docteur Christophe André se risque ainsi à expliquer : « On pourrait (…) considérer que les personnes souffrant d’herpès oro-facial n’ont qu’à moins se focaliser sur leurs petites misères et moins se prendre la tête. Comme l’écrivait La Rochefoucauld ‘On a toujours assez de force pour supporter les maux d’autrui’ ». A la manière d’un La Rochefoucauld moderne, les laboratoires GlaxoSmithKline, très engagés dans la prise en charge de l’herpès à travers notamment le Zelitrex, souhaitent révéler à tous, à ceux qui en sont atteints comme à ceux qui en sont indemnes, le réel impact de l’herpès sur la qualité de vie.

41 % des personnes interrogées jugent que l’herpès est une maladie « très gênante »

A l’occasion d’une campagne de sensibilisation à l’intention du grand public et qui adresse notamment de nombreux conseils aux personnes sujettes à l’herpès, les laboratoires évoquent les résultats de l’enquête Instant réalisée en France en 2003 auprès d’un échantillon de 10 000 sujets adultes. Cette dernière a tout d’abord révélé que 14,8 % des Français (soit environ 7 millions de personnes) ont été confrontés au cours des douze derniers mois à un épisode d’herpès oro-facial. Parmi eux, 13 % (soit environ 1 million de personnes) avaient présenté aux moins six récurrences au cours de la même période. Les facteurs déclenchants, selon cette population, étaient le plus fréquemment le stress émotionnel (50,4 %) et la fatigue (47,4 %), tandis que les sujets présentant six récurrences ou plus par an évoquaient également les menstruations (37,6 %) et la fièvre (15,8 %). Mais au-delà de ce tableau, l’enquête INSTANT permet également d’évoquer la perception et l’impact de l’herpès. Il apparaît ainsi que pour 41 % des personnes interrogées, l’herpès labial est une maladie « très gênante ». En outre, interrogés sur huit différents aspects de leur qualité de vie, les personnes les plus sévèrement atteintes présentaient des moins bons résultats dans tous les domaines (exceptés « la vitalité » et « la vie et relation avec les autres ») par rapport aux sujets ne présentant que de rares épisodes. L’impact de l’herpès n’incite cependant pas toujours les Français à se soigner : « plus de la moitié des sujets (53,8 %) n’ont pas consulté un médecin à propos de leur herpès, dont 30 % parmi les plus sévèrement atteints », souligne l’étude INSTANT.

Les plus beaux moments de votre vie

Ces observations ne pouvaient qu’inciter les laboratoires GlaxoSmithKline à lancer une campagne d’information et de sensibilisation consacrée à l’herpès. Des brochures se plaisent ainsi rappeler que l’herpès est « dû à un virus » avant d’énumérer les différents modes de contamination et « d’auto-contamination ». Aussi des règles élémentaires d’hygiène sont-elles rappelées. L’incitation à adapter son traitement à sa situation est pour sa part l’objet de deux spots TV. Sur un mode humoristique, ils mettent en scène une mère obligée de serrer la main de sa fille au moment de la border et deux mariés qui remplacent le traditionnel baiser par une solide poignée de main. Le slogan est simple : « Ne laissez plus un bouton d’herpès gâcher les plus beaux moments de votre vie », tandis que le spectateur est invité à se demander si son traitement est bien adapté. Un site internet permet alors de compléter ses informations en la matière : www.agircontrelherpes.fr

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article