50 nuances de rouge

Paris, le jeudi 24 septembre 2020 – Jusqu’à hier, le système de surveillance de l’épidémie de Covid-19 fixait le seuil d’alerte au dépassement d’un taux d’incidence de 50 cas pour 100 000 habitants.

Cependant, alors qu’un nombre croissant de départements ont franchi ce niveau depuis le début du mois de septembre, il ne permettait plus de rendre compte des différences de situation entre les territoires, qu’il s’agisse du taux d’incidence globale, mais également d’autres indicateurs. Aussi, le gouvernement a-t-il décidé de modifier sa cartographie épidémiologique.

Dans 32 territoires, une vie presque normale !

Cette dernière s’appuie désormais sur trois critères, le taux d’incidence pour 100 000 habitants, le taux d’incidence chez les personnes de 65 ans et plus et le taux d’occupation par des patients atteints de Covid-19 des lits de réanimation. La conjonction de ces trois indicateurs conduit aux classements des départements en quatre catégories.

Ceux au sein desquels la circulation du virus reste modérée, avec un taux d’incidence inférieur à 50 cas pour 100 000 habitants : c’est le cas aujourd’hui pour 32 "territoires". Dans ces localités, les mesures qui s’imposent se limitent à la restriction de certains grands rassemblements, aux protocoles décidés dans l’ensemble des secteurs d’activité privés et publics, au port du masque dans les lieux publics fermés, au respect des mesures barrière et si possible à la distanciation physique, avec éventuellement ponctuellement le port du masque dans l’espace public extérieur.


La mariée ne sera pas en rouge (ou en comité restreint)

La majorité de la France (69 territoires) ne connaît cependant plus la douceur d’une telle "quasi" normalité. Dans ces départements, associés par le ministre de la Santé, Olivier Véran, à la couleur rouge, la circulation du virus est considérée comme « active » et le taux d’incidence supérieur à 50 pour 100 000. Cependant, ces départements doivent être classés en trois catégories.

Dans les premiers, qui se voient attribués une teinte rouge claire (ou rose foncé !), il n’existe pas encore de signal préoccupant concernant les taux d’occupation des réanimations ou l’incidence chez les plus âgés. Ils sont néanmoins en situation d’alerte. Dès lors, le préfet peut y prendre « toutes les mesures qui lui semblent pertinentes » a noté le ministre de la Santé. Seule limitation incontournable : fêtes, mariages et évènements associatifs ne peuvent compter plus de 30 personnes.

La nuit carmine n’est plus à nous

Un second niveau impose une « alerte renforcée » symbolisée une fois encore par le rouge… que l’on peut décrire comme "foncé" ou "carmin". Sont concernées les villes de Bordeaux, Lyon, Toulouse, Nice, Saint-Étienne, Rennes, Montpellier, Lille, Paris et les départements de la petite couronne, Rouen et Grenoble. Ici, à un taux d’incidence qui dépasse 150 pour 100 000 habitants, s’ajoute un seuil d’alerte de plus de 50 cas pour 100 000 chez les plus de 65 ans. Ici, outre les choix locaux des préfets, les mesures qui s’imposent sont : la limitation des rassemblements à 1000 personnes (dès samedi), l’interdiction des grands évènements déclarés comme les fêtes locales ou étudiantes, l’interdiction des rassemblements dans l’espace public à plus de 10 personnes et la fermeture des salles de sport, des gymnases et des salles de fêtes et polyvalentes à partir de lundi. Par ailleurs, également à partir du 28 septembre, les bars devront être fermés au plus tard à 22 heures, mais les préfets pourront imposer une heure plus précoce.

Dernière étape avant l’état d’urgence à Aix-Marseille et en Guadeloupe

Une dernière catégorie (pour l’heure !) fait l’objet d’une « alerte maximale » symbolisée par le rouge le plus foncé (presque noir). Les territoires aujourd’hui concernés, la métropole d’Aix-Marseille et la Guadeloupe, voient leur taux d’incidence dépasser les 250 cas pour 100 000 habitants, celui chez les plus âgés les 100 cas pour 100 000 habitants, tandis que le taux d’occupation des services de réanimation par des patients Covid-19 atteint désormais 30 %. Ici la fermeture totale des bars et des restaurants pour une durée de quinze jours a été décrétée à partir de samedi, de même que celle de tous les établissements recevant du public sauf dans les cas où un protocole sanitaire strict est en place (comme dans les commerces, théâtres, musées et cinéma).

Enfin, si les indicateurs devaient encore s’aggraver, il serait temps alors de décider de l’état d’urgence sanitaire, qui permet au premier ministre de prendre différentes mesures de restriction de déplacement (pouvant aller jusqu’au confinement), de fermetures des établissements et de réquisition des biens et des moyens de production.

Si vous avez tout compris et surtout tout retenu, il est sûr que vous n'êtes pas à risque de maladie d'Alzheimer. Dans le cas contraire, soyez rassuré, la valeur prédictive négative de ce test est très faible.

Mourir peut attendre

Pour finir, Olivier Véran a tenu à répéter à de nombreuses reprises que ces mesures n’étaient pas adoptées de « gaieté » de cœur, mais qu’elles répondaient à la « conviction » du gouvernement (on l'espère), qu’elles s’imposaient pour protéger les plus vulnérables, les services de réanimation et le système de soins. Il a tenu à affirmer que le Conseil de défense s’était engagé à ne pas prendre de mesures concernant les enterrements, mais a néanmoins « invité » les Français à la tempérance également en la matière.

A défaut de pouvoir nous recommander de ne pas mourir.

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Médecin ne sachant pas à quoi aurait dû servir le masque chirurgical !

    Le 25 septembre 2020

    Chers Confrères,

    Il aurait suffit de 4 mois de stage d'Externe en bloc opératoire à ce cher besogneux, pour savoir parfaitement ce en quoi le masque dit "Chirurgical" aurait pu être opérant dès le printemps dernier...

    A voir à partir notamment de 18'45'' :

    https://www.bfmtv.com/replay-emissions/ruth-elkrief-le-rendez-vous/ruth-elkrief-le-rendez-vous-samedi-5-septembre-2020-13h-14h_VN-202009050101.html

    Besoin d'un dessin ?...

    Dr Frédéric Lascoutounax

  • Rouge ou pas rouge ? CHU ou pas CHU ?

    Le 27 septembre 2020

    Les départements rouges sont ceux qui ont un CHU ... les gris le plus souvent non ... le critère lit de réa devrait être pris en compte par anciennes régions et non départements... exemple en Limousin le 87 est rouge mais pas le 19 et 23 et le CHU est à Limoges ...faussement rassurant pour les uns ou faussement inquiétant pour les autres ?

    Dr Claire Restoueix

  • Réactivité ?

    Le 27 septembre 2020

    Dans la mesure où ces territoires changent régulièrement de couleur, et où les préfets peuvent au jour le jour prendre des arrêtés, comment fait le quidam qui n'est pas branché H24 sur les Infos fait-il pour être conforme à la loi que nul n'est censé ignorer?

    Pr A. Muller

Réagir à cet article