Adoption d’embryon : meilleur des mondes ou monde meilleur ?

Interview du Dr Alex Garcia-Faura, gynécologue-obstétricien, directeur scientifique de l'Institut Marquès (Barcelone)

Depuis 2005, la loi espagnole permet l’adoption des embryons surnuméraires « abandonnés » dans le cadre de fécondations in vitro.

Seul centre en Espagne et probablement dans le monde à utiliser cette disposition juridique, l’Institut Marqués de Barcelone a présenté lors des 23èmes journées de la Fédération Française d’étude de la Reproduction au début du mois de septembre, une communication sur son programme d’adoption d’embryon. Des travaux qui auront été vivement débattus par les congressistes, qui y voyant Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, qui un monde meilleur.

Pour vous aider à trancher la question, le JIM a donné la parole au directeur scientifique de l’institut Marques, le docteur Garcia-Faura.

Réagir

Vos réactions (5)

  • Très intéressant

    Le 08 décembre 2018

    Et je reprends ses dernières paroles: "C'est plus éthique de leur donner la vie que de congeler éternellement".

    Dr Valérie Dubreuil

  • Cette disposition existe en France

    Le 08 décembre 2018

    Je n'ai pas de chiffre exact mais il est probable qu'elle a permis la naissance de 2 ou 300 enfants en France - l'agence de biomedecine peut répondre à cette question.
    Dans le service que je dirige c'est une vingtaine d'enfants.
    Cette disposition légale a été adopté en France en 2001 (date à vérifier) effectivement pour eviter la destruction pure et simple des embryons dont les couples ne veulent plus car ils ont assez d'enfant.
    Il est probable que ceci prendra de l'ampleur compte tenu des nouvelles techniques de congélation (vitrification).Par contre, comme d'habitude en France, on a multiplié les procédures administratives qui font que certains couples renoncent à donner

    Pr Jean Pouly - repsonsable clinique du centre d'AMP du CHU de Clermont ferrand

  • Don d'embryon en France

    Le 08 décembre 2018

    La législation française autorise également l'accueil d'embryon congelés, non implantés après FIV, embryons dits surnuméraires. Le Centre espagnol considéré et l'Espagne ne sont pas les seuls centres et pays, même si ce don d'embryon reste très limité. En 2015, 27 enfants sont nés en France après un don d'embryon selon les données de l'Agence de la Biomédecine.

    Dr Jean-Louis Vildé

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article