Au Sénat, Didier Raoult refuse la contradiction

Crédit photo : AFP
Paris, le mercredi 16 septembre 2020 – Auditionné ce mardi par la commission d’enquête du Sénat, le professeur Didier Raoult a refusé la présence de deux membres du Conseil scientifique.

L’audition très attendue du professeur Didier Raoult devant la commission d’enquête parlementaire du Sénat ce mardi aura plus eu l’apparence d’un discours, voir d’un programme politique que d’un débat ou d’une audition. Durant plus de deux heures, le médecin marseillais a pu exposer librement sa version de l’épidémie de coronavirus devant une assistance globalement bienveillante.

Le professeur Raoult devait pourtant au départ être confronté à deux membres du conseil scientifique, le docteur Dominique Costagliola, épidémiologiste et le Professeur Yazdan Yazdanpanah, infectiologue. Mais il a refusé la présence de ses contradicteurs, avec lesquels il s’est souvent opposé par médias interposés. « Je vous demande de me pardonner de ne pas parler avec des gens qui m’insultent » a expliqué aux sénateurs le professeur Raoult, faisant référence à une tribune publiée dans Libération et signée par le docteur Costagliola qui l’accuse implicitement de fraude. « Je n’ai jamais fraudé de ma vie » a-t-il affirmé.

Le Pr Raoult croit en la mutation du virus

Didier Raoult a donc eu les coudées franches ce mardi et il faut désormais, comme souvent avec lui, faire le tri entre les analyses judicieuses et documentées et les commentaires à l’emporte-pièces. Plusieurs fois ce mardi, le professeur Raoult a critiqué avec des arguments solides la gestion de l’épidémie par le gouvernement, notamment sur la question du dépistage. Il a ainsi déclaré que la France aurait très bien pu, dès les débuts de l’épidémie, se lancer dans une politique de dépistage massif et a rappelé comment les autorités avaient longtemps refusé l’aide pourtant si précieuse des laboratoires vétérinaires. Il a également fustigé l’attitude anxiogène des autorités et des médias face à une pandémie dont le nombre de morts est, selon lui, relativement minime : « il n’y a pas de raison d’être affolé, nous ne sommes pas face à un drame insupportable ».

Le professeur Raoult a également évoqué une question épineuse qui commence à susciter un vif débat parmi les scientifiques, celle de la mutation du virus. Pour le médecin marseillais, il n’y a pas de doute : le Sars-Cov-2 a muté depuis le début de l’épidémie et est devenu moins virulent. « Les patients ont beaucoup moins de troubles de la coagulation, ils sont moins sévères » explique Didier Raoult, face à des sénateurs quelques peu sceptiques. Il faut dire que lors de précédentes auditions devant le Sénat, le Pr Bruno Lina, virologue et le Pr Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, ont balayé cette hypothèse.

Le numéro bien rodé sur l’hydroxychloroquine et les études contre placebo

Mais cette audition aura surtout été, l’occasion pour lui, comme souvent avec le professeur Raoult, de défendre son action durant l’épidémie et de flatter son égo. A l’entendre, il a tout vu avant tout le monde : il est le premier à avoir découvert les symptômes de l’anosmie et de l’agueusie, le premier à avoir observé des troubles de la coagulation chez les patients Covid, le premier surtout à avoir disposé de données fiables sur l’épidémie et à avoir tenté de soigner les patients.

Pour terminer l’audition, comme un chanteur qui clôture son concert par son plus gros succès, le Pr Raoult n’a pas manqué d’évoquer la question qui l’aura rendu célèbre : l’hydroxychloroquine. Malgré le quasi abandon de traitement par les médecins partout dans le monde et les publications scientifiques qui pointent son inefficacité, le Pr Raoult a continué de promouvoir le protocole qu’il défend depuis février. Selon lui, l’usage de l’hydroxychloroquine diminue de 30 % à 40 % la mortalité chez les patients Covid.

A ce sujet, le professeur Raoult a également défendu sa méthode de travail et son refus d’utiliser un groupe placebo pour vérifier prouver l'efficacité du traitement, se lançant dans une diatribe contre les études randomisées : « Le fait que les études randomisées soient l’alpha et l’omega de la recherche, ce n’est pas bien. Tirer au sort les malades qui auront le traitement, je ne vais pas le faire » a-t-il expliqué.

La question de l’utilisation de la chloroquine aura d’ailleurs été l’occasion d'une seule passe d’arme de ce mardi. Bernard Jomier, sénateur LR et médecin généraliste, a en effet interrompu le manifeste du docteur Raoult pour lui demander, pourquoi selon lui, la majorité des pays du monde déconseillent l’utilisation de l’hydroxychloroquine. Comme souvent, le médecin marseillais s’en est sorti par une réponse méprisante, teinté de mégalomanie : « vous ne pouvez pas me dire à moi que vous savez mieux que moi, chacun son métier ». Un numéro bien rodé, qui commence, peut-être à lasser quelque peu les Français.

QH

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (5)

  • Stop

    Le 16 septembre 2020

    Quand cessera-t-on ce barnum?
    Imaginez, sait-on jamais, qu'in fine, une étude sérieuse prouve que ce "traitement" marche.
    Pensez-vous que tous ses contradicteurs feront amende honorable?
    Tout cela donne du grain à moudre aux chaînes d'infos qui supputent sur ce que Raoult va dire, sortent des petites phrases en exergue pendant l'audition, et passent des heures à "en parler" avec des medecins (toujours les mêmes...), des politologues, des journalistes plus ou moins péremptoires...

    Vous seriez bien inspirés de ne pas en rajouter.

    Pr A. Muller

  • Choqué comme citoyen

    Le 16 septembre 2020

    Dans quelle République vivons-nous, où, apparemment, une personne appelée à témoigner devant une commission d'enquête du Sénat peut récuser la présence de ses contradicteurs?
    Je ne savais pas cela et, comme citoyen, je suis profondément choqué.
    A comparer avec ce qui se passe aux USA.
    Un juriste pourrait-il nous éclairer ?

    Dr Thibault Heimburger

  • Marre de Raoult !

    Le 16 septembre 2020

    En effet. En France comme en Belgique et ailleurs, on en a marre de la mégalomanie de Raoult.
    Il a toujours été le premier pour tout, si on l'écoute. Il est surtout le seul à ne pas vouloir admettre qu'il s'est planté avec son hydroxychloroquine.
    Tant de choses à dire sur lui... mais l'article du JIM est suffisamment explicite déjà.
    Une info cependant, peu médiatisée, et une vraie, celle-là, vérifiable par tous: si vous tapez "Raoult D" (avec les guillemets) dans PubMed, vous obtenez 2979 références... de quoi flatter puissamment son égo évidemment.
    Mais si vous creusez un peu, vous constatez par exemple que rien qu'en 2018 il y en a 185, et en 2019, 179. Soit une publication tous les 2 jours en moyenne, WE et jours fériés compris. Vous aurez compris (c'est le cas de le dire) que la toute grande majorité de ces papiers n'ont PAS été écrits par Raoult, mais bien par d'autres, et en grand mandarin qu'il est, il a ajouté son nom partout. Orgueil, orgueil, quand tu nous tiens...
    Et quand on refuse tout dialogue avec les pairs, toute confrontation possible, et bien... cela s'appelle la Dictature !

    Dr Xavier Van Der Brempt

Voir toutes les réactions (5)

Réagir à cet article